Cancer du sein : pour la première fois, une intelligence artificielle va pouvoir aider au diagnostic

Un algorithme d’intelligence artificielle testé dans le cadre d’une étude scientifique menée par l’institut Curie a permis de détecter plusieurs catégories de cancers du sein et de déterminer le degré de gravité des tumeurs.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un médecin observe des mammographies, à Nice, le 28 novembre 2011. (FRANÇOIS BAILLE / MAXPPP)

C'est une première mondiale : l'intelligence artificielle utilisée pour dépister et analyser les cancers du sein. Un algorithme basé sur l'IA a ainsi fait ses preuves dans le cadre d'une étude scientifique pour diagnostiquer ce type de cancer, parue dans la revue NPJ, et qui augure une sérieuse avancée pour les patientes et les pathologistes.

>> TÉMOIGNAGE. Des femmes racontent comment elles ont retrouvé leur féminité après un cancer du sein : "Mon combat a été d’essayer de ne pas subir"

L'Intelligence artificielle a réussi à détecter plusieurs catégories de cancers du sein, elle a aussi déterminé le degré de gravité de ces tumeurs. Cet algorithme permettra aux pathologistes d'être plus précis, souligne ainsi la Pr Anne Vincent-Salomon de l'institut Curie, qui a mené cette étude.

Gagner du temps et mieux prioriser

"Les lames des prélèvements sont scannées pendant la nuit, explique-t-elle. Quand le pathologiste arrive le matin, les lames ont été pré-analysées par l'algorithme avec une petite étiquette 'carcinome infiltrant' marquées d'un petit drapeau et 'cas plus urgent' parce c'est qu'il y a plus d'examens à demander, et qu'il faut donc le prendre en priorité."

"On peut même imaginer que l'algorithme fasse le lien avec la prescription d'examens complémentaires qui sont nécessaires et cela permet de gagner du temps."

Pr Vincent-Salomon

à franceinfo

"Cela permet, poursuit-elle, de gagner du temps. Quand nous avons beaucoup de cas à lire dans une journée, l'algorithme n'est, lui, par définition, jamais fatigué tandis que le pathologiste peut, au vingtième ou trentième cas, voir sa vigilance un peu atténuée du fait de sa fatigue. Et c'est donc une sécurité." Cet algorithme d'intelligence artificielle est aussi testé pour détecter les cancers de la prostate et de l'estomac.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cancer

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.