Cancer du poumon : le CHU de Nice lance une étude sur un test de dépistage

Le CHU de Nice a annoncé lundi le lancement d'une étude en vue de la validation d'un test de dépistage du cancer du poumon. Il permet de détecter la maladie avant même que la tumeur ne soit visible avec les techniques classiques d'imagerie. Le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier en France.

(Détection par test ISET : les cellules tumorales circulantes, prédictives d'un cancer, apparaissent à la surface des filtres © CHU Nice)

Détecter le cancer du poumon sera bientôt possible grâce au test mis au point par le CHU de Nice. En attente de validation, il s’agit d’un test sanguin, développé par la société Rarecells Diagnostics, qui permet de détecter les cellules tumorales circulantes (CTC), des marqueurs du cancer du poumon, présents dans le sang avant même que la tumeur ne soit visible avec les techniques classiques de radiographie ou de scanner.

"Il s’agit maintenant de développer ce test sur plusieurs hôpitaux en France. Nous comptons le faire auprès de 15 hôpitaux universitaires, " a expliqué Paul Hofman, spécialiste des cellules au CHU de Nice et coordinateur de l’étude. "Nous avons fait une première étude concluante en novembre 2014. Le traitement du cancer du poumon pour qu’il soit efficace doit être pris précocement ce que permettra cette technique. "

Le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier en France. Ce test devrait permettre d’anticiper une meilleure surveillance radiologique. Les patients pourront alors être opérés dès l’apparition de la tumeur sur les scanners, ce qui améliorera considérablement les chances de guérison. Si tout se passe comme prévu, "on peut envisager de transformer l’essai d’ici 2019, " explique Paul Hofman

Cancer du poumon : le CHU de Nice lance l'étude d'un test de dépistage. Les explications de Paul Hofman, coordinateur de l’étude, au micro de Celyne Baÿt-Darcourt
--'--
--'--