Obésité : au Mexique, 72% des habitants sont en surpoids

Alors que 18% des adolescents français sont en surcharge pondérale, les Mexicains atteignent, eux, des records. En cause la consommation de sodas.

México, le 17 octobre 2013.
México, le 17 octobre 2013. (Mario Guzmán/(EPA) EFE/Newscom/MaxPPP)

Si les jeunes Français sont de plus en plus nombreux à souffrir de la malbouffe, les Mexicains sont devenus le 2eme peuple le plus gros du monde, juste derrière le Chili et devant les Etats-Unis. 72,5% sont en surpoids, selon l'OCDE. Un tiers sont obèses.

Les plus gros buveurs de Coca-Cola

Principales responsables de cette épidémie, la nourriture fast-food  "à l'américaine" et la consommation délirante de Coca-Cola. Les Mexicains en boivent chaque année 163 litres, soit le record du monde. Très populaire là-bas, la bouteille de Coca de 3 litres ! Très répandu aussi, le Coca dans le biberon des bébés. En 2017,  un bébé de 11 mois a fait la une de la presse mexicaine parce qu'il pesait… 28 kilos !

Impossible d’échapper au Coca 

Les Mexicains adorent le Coca, déjà pour son goût. Certains pensent même que la boisson sucrée a des vertus médicinales. Et puis, la firme Coca-Cola met le paquet pour que la population  en boive toute la journée. Les sodas sont pratiquement au même prix que l'eau en bouteille dans ce pays où l'eau du robinet n'est pas potable.

Il existe aussi une caravane Coca qui défile dans les rues des grandes villes avec des danseurs habillés en rouge. Des milliers d'habitants viennent la voir passer et sont incités à boire du Coca. Enfin, le Mexique a été présidé par un ancien de chez Coca entre 2000 et 2006. Vicente Fox a travaillé pendant près de 15 ans dans la filiale mexicaine de Coca avant d'en devenir patron. La firme américaine avait donc un bon ami tout au sommet de l'Etat au début des années 2000.

Une taxe soda insuffisante

Malgré cela, le pays a fini par adopter une taxe sur le soda en  2014. L’Etat prélève 10% sur chaque boisson sucrée pour décourager les gens d'en acheter. En trois ans, ce prélèvement a rapporté 2,8 milliards de dollars aux caisses de l'Etat mexicain.

Dans un premier temps, les Mexicains ont acheté moins de soda,  en 2014 et 2015, mais les ventes sont reparties à la hausse en 2016, 2017 et 2018. Les détracteurs de la taxe l'accusent de pénaliser les consommateurs les plus pauvres, sans avoir fait baisser l'obésité et le surpoids dans le pays.