Lactalis : Emmanuel Besnier devant les députés

L'usine à Craon (Mayenne) n'est pas responsable des contaminations de lait infantile à la salmonelle. C'est ce qu'a déclaré le patron du groupe pour sa défense face aux députés d'une commission d'enquête ce jeudi 7 juin. 

France 3

Emmanuel Besnier n'aura pas réussi à faire annuler la commission d'enquête parlementaire comme ses avocats l'avaient demandé. Ce jeudi 7 juin, le discret patron de Lactalis a été entendu sur sa gestion de l'affaire du lait infantile contaminé par les salmonelles. Il a reconnu avoir failli à sa mission et s'est adressé aux familles. "Je voudrais renouveler mes excuses à titre personnel et puis au nom de tous les collaborateurs du groupe auprès des familles des bébés malades", a assuré le PDG de Lactalis. 

Le PDG a plaidé la bonne foi

L'affaire Lactalis a débuté il y a six mois. Suite à la contamination de bébés par des salmonelles, plusieurs boîtes de lait infantile Picot et Milumel sont retirées du marché. Après trois retraits successifs, le gouvernement exige la fermeture de l'usine de Craon en Mayenne où ces lots ont été fabriqués. Selon la direction, ce sont des travaux dans l'une des tours qui expliqueraient cette contamination dans la chaîne de production. Ce matin pour sa défense, Emmanuel Besnier a plaidé la bonne foi et parlé d'"accident". Mais le silence du PDG a du mal à passer chez les députés. Les associations de familles s'inquiètent de la réouverture annoncée pour cet été de l'unité de fabrication de lait infantile de Craon. Une enquête judiciaire pour blessures involontaires et mise en danger de la vie d'autrui est en cours. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, s\'apprête à témoigner devant la commission d\'enquête parlementaire sur le scandale du lait infantile contaminé, le 7 juin 2018, à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Le PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, s'apprête à témoigner devant la commission d'enquête parlementaire sur le scandale du lait infantile contaminé, le 7 juin 2018, à l'Assemblée nationale, à Paris. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)