"Je ne m’en remets toujours pas" : les riverains de l'abattoir polonais de Kalinowo sous le choc du scandale de la viande avariée

L'affaire avait été révélée par la chaîne de télévision privée TVN24. Les images prises en caméra cachée dans ce petit abattoir situé dans le nord-est de la Pologne ont bouleversé les habitants de la région.

L\'abattoir Elkopol, à Kalinowo, a été fermé après que l\'affaire de la viande avariée a éclaté. Une équipe d\'experts européens se rendra en Pologne du 4 au 8 février pour évaluer la situation sur place.
L'abattoir Elkopol, à Kalinowo, a été fermé après que l'affaire de la viande avariée a éclaté. Une équipe d'experts européens se rendra en Pologne du 4 au 8 février pour évaluer la situation sur place. (JANEK SKARZYNSKI / AFP)

Près de  800 kg de viande issue d'animaux abattus frauduleusement en Pologne ont été expédiés dans neuf entreprises de négoce en France. 650 kilos ont été retrouvés, a indiqué le ministère de l'Agriculture vendredi soir. Parmi ces 650 kilos, 500 ont été détruits et 150 kilos ont été vendus dans des boucheries. Cette viande frauduleuse vient de l’abattoir de Kalinowo, à un peu plus de cent kilomètres au nord-est de Varsovie. Sur place, une enquête a été ouverte et l’abattoir a été fermé, après la diffusion sur la chaîne polonaise TVN24 d’un reportage en caméra cachée y montrant l’abattage de vaches visiblement malades. Des images qui ne sont pas toutes interprétées de la même façon par les habitants de la région.

Entre incompréhension, dégoût et inquiétude

A Kalinowo, tout le monde passe devant l’abattoir. Il est au bord de la route principale traversant le petit village. Le portail et les bâtiments sont fermés, comme les portes des maisons. Un seul habitant nous accueille chez lui pour dénoncer un reportage à charge. "C’est une manipulation. L’abattoir prenait aussi des vaches saines, qui n'étaient pas malades. Pourquoi les images ne montrent-elles pas cela aussi ? J’ai un ami éleveur. Il a vendu 40 bêtes en parfaite santé à cet abattoir. Je regrette vraiment que l’établissement ait fermé", affirme-t-il. Dans la ville la plus proche, les habitants sont eux beaucoup plus marqués par la violence des images diffusées. Pour Ewelina, pharmacienne, c’est un choc. "J’ai vu le reportage il y a trois jours et je ne m’en remets toujours pas. Ça se passe juste à côté de chez moi et ça dure sûrement depuis des années", réagit-elle. 

C’est horrible de traiter les animaux comme ça. Et puis on l’a mangée cette viande, c’est vraiment dégueulasse.Ewelina, une riveraine de abattoirà franceinfo

A l’extérieur, Grzegorz, un jeune papa, s’inquiète pour sa santé et celle de son nourrisson. "J’ai découvert les images sur internet, c’est vraiment horrible, raconte-t-il. J'ai un enfant en bas âge. Il a à peine un an. Et j'ai vraiment peur qu'il ait mangé de la viande avariée. Je crois qu’avec ma femme, nous allons changer d'alimentation. J'en ai marre de la viande !" Pour tous les habitants rencontrés, le problème n’est pas isolé. En 2013 déjà, un autre abattoir polonais avait été épinglé pour avoir abattu des bêtes malades.