Hypermarché sans caissier à Angers : "Ce système est quasiment incontournable"

À Angers ce dimanche, l'hypermarché Géant Casino fonctionnera sans caissier tout l'après-midi. Les syndicats ont appelé à manifester contre cette automatisation totale.

Le Géant Casino d\'Angers.
Le Géant Casino d'Angers. (JOSSELIN CLAIR / MAXPPP)

C'est une première en France. Dimanche 25 août, tout l'après-midi, le Géant Casino d'Angers accueillera les clients sans personnel. Pas de caissier, mais personne non plus dans les rayons, tout est entièrement automatisé. Une option déjà testée en France par des supérettes et des moyennes surfaces du groupe Casino, mais jamais sur une telle surface : 5 189 m².

"Ce système agglomère deux tendances qui gagnent du terrain dans la distribution, l'automatisation de la distribution avec les caisses automatiques et l'ouverture de plus en plus longtemps, et dans ce sens, il est quasiment incontournable", analyse Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution et auteur du blog Le web Grande Conso, invité de franceinfo. Mais selon lui, il est évident que ce système détruit de l'emploi : "Quand vous transférez des heures travaillées d'une caissière payée pour encaisser des articles à un client qui encaisse ses propres articles, vous détruisez de l'emploi. Il faut arrêter avec cette idée que les caissières sont redéployées ailleurs."

Manifestation pour l'emploi

Une centaine de personnes manifestaient dimanche matin devant le magasin du quartier de la Roseraie à Angers, à l'appel des syndicats. "On combat cette vision du monde de la consommation à outrance que le patronnat veut imposer à la société française", explique à franceinfo Jean Pastor, le délégué syndical central pour la CGT du groupe Casino. "Quelque part, on est en train de créer un effet d'entraînement sur les autres enseignes. Et le problème, c'est que Casino veut seulement tirer le maximum de profits en enlevant le maximum de personnel", dénonce-t-il.

"En 2018, le nombre de caissiers et caissières en activité dans la grande distribution représente 270 000 personnes. Ce projet, qui paraît anodin, peut amener à terme à la destruction, ou en tout cas la réduction drastique, de tous ces emplois", s'alarme sur franceinfo Patrice Auvinet, secrétaire du syndicat CGT du commerce du Maine-et-Loire. "Si l'on commence à mettre ça en place dans un hypermarché comme celui de la Roseraie d'Angers (...), qu'est-ce qui empêche la direction, une fois le projet rentabilisé, pérennisé, de le développer dans l'ensemble du groupe Casino, et par ricochet dans les autres enseignes concurrentes qui verront là un gain supplémentaire possible ?", interroge-t-il.

"Ce n'est pas une source d'économie", se défend le directeur du magasin Luc Simon sur franceinfo, "c'est un service supplémentaire".

Pour assurer l'ouverture du dimanche après-midi, j'ai embauché deux personnes de plus le matin de façon à remplir le magasin correctement. Il n'est pas question de se passer des collaborateursLuc Simon, directeur du Géant Casino d'Angersà franceinfo

Pour l'instant, la direction précise qu'elle limite le système à certains créneaux horaires. Mais va-t-elle l'étendre au reste de la journée à terme ? "Il faut déjà vérifier qu'il y a une appétance des consommateurs", selon Olivier Dauvers. "Le Géant Casino d'Angers fait entre 5 000 et 6 000 m², soit dix fois la taille d'une supérette que vous trouvez en bas de chez vous, dans laquelle même si vous êtes seul, vous ne vous sentirez pas forcément oppressé. Mais dans un hypermarché, en pleine nuit ou le dimanche après-midi, quand vous y êtes seul, je ne suis pas persuadé que ce soit une partie de plaisir."