Häagen-Dazs rappelle quatre lots de crèmes glacées vanille vendues en France

Sont concernées les crèmes glacées vanille en format 460 ml et 650 ml, en petits pots de 95 ml, et celles vendues par boîtes de quatre dans la gamme Vanilla Collection, dont la date de durabilité minimale va de ce mercredi au 21 mai 2023.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des pots de la marque américaine de crème glacée Haagen-Dazs, sur une ligne de production dans une usine à Tilloy-les-Mofflaines (Pas-de-Calais), le 8 décembre 2017. (DENIS CHARLET / AFP)

Des traces d'oxyde d'éthylène (ETO), un pesticide cancérogène interdit en Europe, ont été détectées. Le groupe américain General Mills va procéder au rappel volontaire de quatre lots de ses crèmes glacées vanille qu'il commercialise en France sous la marque Häagen-Dazs, a-t-il annoncé dans un communiqué, mercredi 6 juillet.

Selon le géant agroalimentaire, ces "traces d'ETO peuvent être attribuées à un ingrédient (l'extrait de vanille) fourni par l'un de nos fournisseurs. La présence résiduelle d'ETO dépasse légèrement les seuils de détection analytique", détaille-t-il.

De nombreux fournisseurs concernés

Voici les produits qui font l'objet d'un rappel immédiat : les crèmes glacées vanille en format 460 ml et 650 ml, en petits pots de 95 ml, et celles vendues par boîtes de quatre dans la gamme Vanilla Collection, dont la date de durabilité minimale va de ce mercredi au 21 mai 2023.

Parmi les nombreux distributeurs concernés figurent Auchan, Carrefour, Casino, Cora Franprix, Intermarché, Leclerc ou encore Monoprix. La liste inclut également les boutiques du glacier Häagen-Dazs en France. "Il est demandé aux personnes ayant acheté l'un de ces produits de le jeter et de contacter General Mills", précise le groupe. Le service consommateurs répondra aux questions des utilisateurs concernés au numéro gratuit suivant : 08 00 33 32 31.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.