Épiphanie : les pâtissiers tentent des galettes originales

Sans même attendre l'Épiphanie, les Français vont peut-être déguster une galette des rois. Une tradition à laquelle sont attachées beaucoup de familles, qui ont du mal avec les galettes originales, au grand dam des chefs pâtissiers qui aiment innover.

France 3

La galette des rois, c'est une institution. Des gestes précis répétés à l'envi, et normalement, de la pâte feuilletée et de la frangipane. "On a travaillé sur la praline rose. C'est donc de la brioche feuilletée", explique un employé du chef pâtissier Lilian Bonnefoi. Ce célèbre chocolatier et chef pâtissier ne recule devant aucune création pour changer de l'ordinaire. "Au bout de la deuxième ou troisième galette, les gens ont envie d'essayer des nouveaux parfums", affirme le chef.

Les galettes n'ont le droit d'être vendues qu'en janvier en boulangerie

Christian Cottard, le président de l'union des artisans-pâtissiers des Alpes-Maritimes, aime aussi jouer avec les codes. Pourtant, à la vente, 9 galettes sur 10 sont traditionnelles. Toutes les innovations ne marchent pas. Classique ou moderne, une charte engage les pâtissiers à respecter une règle : pas de galettes en dehors du mois de janvier. Pour le reste, bon appétit !

Le JT
Les autres sujets du JT
Ces boulangers de Meurthe-et-Moselle espèrent écouler 800 galettes.
Ces boulangers de Meurthe-et-Moselle espèrent écouler 800 galettes. (JACQUES DEMARTHON / AFP)