Chocolat : le risque d'addiction est faible

Le chocolat a des vertus connues contre le stress ou la dépression. Certains scientifiques se sont penchés sur la question de l'addiction.

France 2

Être accro au chocolat, une bonne excuse pour les gourmands, mais aussi un terrain de recherche pour les scientifiques. De nombreux mécanismes favorisent ou bloquent la faim. Mais dans le cas du chocolat, d'autres signaux tels que l'ennui, la tristesse ou le stress peuvent déclencher l'envie de croquer dans une tablette. L’addiction aux douceurs cacaotées serait surtout une question de vulnérabilité, comme le montre une expérience sur des rongeurs sans aucun comportement addictif.

Le plaisir avant tout

Au début, les souris nourries au chocolat demandent des microdoses 50 fois par jour. Après quatre mois, certaines en demandent jusqu'à 300 fois. Mais seulement 22% sont devenus accros. Pour les scientifiques, cela confirme l'importance du plaisir dans l'addiction, mais aussi que cette susceptibilité à la dépendance varie considérablement selon les individus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le géant alimentaire américain Mondelez International a annoncé qu\'il avait inventé un chocolat qui ne fond pas, le 6 juin 2013.
Le géant alimentaire américain Mondelez International a annoncé qu'il avait inventé un chocolat qui ne fond pas, le 6 juin 2013. (ALBERTO L POMARES G / DIGITAL VISION / GETTYIMAGES)