Aliments transformés : le mystère des étiquettes

L'UFC que choisir a testé près de 300 produits ; conclusion, les étiquettes sur l'origine de la viande ou du lait utilisé restent encore trop floues.

France 2

Charcuterie, plats préparés et produits laitiers, vous intéressez-vous à l'origine des ingrédients dans vos assiettes ? Depuis le 1er janvier 2017, la mention d'origine du lait et des viandes des produits transformés est en effet obligatoire. Une association de consommateurs a examiné 269 de ces produits d'une vingtaine de marques différentes. Premier constat : s'agissant des produits laitiers, l'étiquetage est très satisfaisant. Le pays est indiqué dans 89% des cas.

39% des fabricants utilisent des mentions imprécises

En revanche, pour les produits carnés, carton rouge. 39% des fabricants utilisent les mentions imprécises d'"Union européenne" et "non-Union européenne". Une brèche prévue par la loi et dans laquelle certains se sont engouffrés, comme Sodebo, Herta, Casino, mais pas seulement. Nous avons interrogé les marques épinglées : Herta se défend en rappelant que la mention Union européenne est légale. Quant à Casino, le groupe déclare : "Nous devons être très pénalisés par l'échantillon limité élaboré par "Que-Choisir"". Le groupe dénonce un échantillon pas assez représentatif. Pour améliorer la transparence, l'association de consommateurs demande au gouvernement de limiter les mentions "Union européenne" et "non Union européenne" à quelques cas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un rayon de plats préparés, le 18 avril 2011, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).
Un rayon de plats préparés, le 18 avril 2011, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). (MAXPPP)