Alimentation : les PME payent les pots cassés de la loi qui limite les promotions

La loi Egalim, dite loi alimentation, devait permettre aux agriculteurs d'être mieux rémunérés et mettre fin à la guerre des prix dans les grandes surfaces. Mais pour l'instant, cette loi fait plutôt des victimes collatérales parmi les PME du secteur agroalimentaire.

FRANCE 2

Est-ce que la loi alimentation se retourne contre les petits producteurs ? Plusieurs PME dans les secteurs du foie gras et du champagne font face à une baisse de leurs ventes. En cause, cette loi alimentation qui a mis fin aux promotions de type "un produit acheté, un produit offert". Elle a aussi institué la règle qui impose de ne pas vendre en promotion plus de 25% du volume d'un même produit. Fabien Chevalier, producteur de foie gras, demande un délai pour l'application de ces règles. "Ces 25% maximum de volume promotionnel, ramené article par article, ça peut peut-être être pénalisant. On avait demandé un temps d'adaptation et si possible d'avoir l'année 2019 à 45%, pour arriver à 25% progressivement en 2020. Cela ne nous a pas été accordé", explique-t-il.

Baisse des ventes de champagne

Dans le monde du champagne, les ventes sont en baisse de 9,5% au premier semestre 2019. "Les fêtes de Pâques ont déjà été très mauvaises pour les vendeurs de champagne, de produits saisonniers, de foie gras, car comme il y a eu moins de promos, il y a eu moins d'achats. Donc le risque pour Noël, c'est que ce qu'on a pu observer à Pâques soit plus violent" pour ces PME de l'agroalimentaire, selon Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une mère et ses enfants font des courses dans un supermarché. (Illustration). 
Une mère et ses enfants font des courses dans un supermarché. (Illustration).  (DENIS CHARLET / AFP)