Cet article date de plus de cinq ans.

Opération mortelle de la prostate : le chirurgien suspendu quatre mois

Le chirurgien urologue de Bourges dont un patient était décédé en janvier dernier, lors d'une opération bégnine de la prostate décrite comme une véritable boucherie, a été interdit d'exercice pour une durée de 4 mois par le conseil de l'Ordre des médecins de la région Centre. 
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Interdiction d'exercer la médecine durant 6 mois dont quatre mois ferme. C'est la sanction prononcée par la chambre disciplinaire de l'Ordre régional des médecins, à l'encontre d'un chirurgien urologue de Bourges (Cher). 

En janvier dernier, le médecin avait procédé à une intervention chirurgicale afin de retirer un nodule sur la prostate d'un patient de 60 ans. Henri Latour, décrit comme un retraité en "pleine forme" par sa fille, était décédé au bloc opératoire après une importante hémorragie.

Une information judicaire en cours

L'opération avait été qualifiée de "véritable boucherie indigne de n'importe quel bloc opératoire", par l'équipe médicale témoin de la scène.

L'anesthésiste avait rapporté une attitude très agitée du chirurgien. En colère, il aurait eu des gestes "violents" qui auraient fini par "percer la vessie" conduisant à "des pertes de sang effroyables". Si à la suite de l'incident le chirurgien n'opérait plus, il continuait de consulter. Cela lui est désormais interdit pendant 4 mois.

D'autre part, une information judicaire pour homicide involontaire a été ouverte le 31 mai par Vincent Bonnefoy, procureur de la République de Bourges. "Il faut savoir si ce décès est consécutif à un aléa thérapeutique difficilement maîtrisable ou s'il y a eu faute pénale", a souligné Mr Bonnefoy à l'AFP. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.