Cet article date de plus de sept ans.

Mediator : l'ex-ministre de la Justice Nallet entendu comme témoin assisté

Henri Nallet avait rejoint le groupe pharmaceutique dans les années 90 après avoir mis un terme à sa vie politique. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ex-garde des Sceaux Henri Nallet à l'assemblée generale des anciens eleves du collège Henri IV de Bergerac (Dordogne) le 24 octobre 2004.  (  MAXPPP)

Quand un ancien garde des Sceaux doit s'expliquer devant des juges. Henri Nallet, ministre de la Justice de 1990 à 1992, a été entendu comme témoin assisté le 4 décembre dans le cadre de l'enquête sur le scandale sanitaire du Mediator. L'intéressé l'a indiqué samedi 21 décembre, confirmant une information du Figaro.

Selon un rapport d'expertise rendu en avril, le Mediator, un antidiabétique détourné comme coupe-faim durant sa commercialisation de 1976 à 2009, pourrait provoquer de 1 300 à 1 800 morts par valvulopathie (défaillance des valves cardiaques) en France.

En charge des questions communautaires et internationales

Le statut de témoin assisté est intermédiaire entre celui de simple témoin et de mis en examen. "Il ne me semble pas que les juges me reprochent quoi que ce soit qui serait susceptible de conduire à une mise en examen", a déclaré Henri Nallet. "Ils voulaient savoir ce que je faisais chez Servier", a-t-il ajouté. L'ex-ministre a rejoint le groupe pharmaceutique après avoir mis un terme à sa vie politique pour s'y occuper des questions communautaires et internationales.

Plusieurs enquêtes sont en cours à Paris sur le Mediator dont une pour tromperie, escroquerie, prise illégale d'intérêt et trafic d'influence dans laquelle le patron des Laboratoires Servier et six sociétés du groupe ont été mis en examen, une autre pour "homicides et blessures involontaires" dans laquelle Jacques Servier a également été mis en examen.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Mediator

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.