Voyage et découvertes, France info

Sur les traces de Rousseau en Picardie...

Le département de l'Oise célèbre, jusqu'en octobre, le tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau. Car c'est entre Chantilly et Ermenonville que le philosophe originaire de Genève a passé les six dernières semaines de sa vie.

(©)

C'est
l'histoire d'un promeneur solitaire, Jean-Jacques Rousseau, qui aimait flâner
dans un parc qui porte aujourd'hui son nom.

Faire marcher la tête et les jambes, un exercice quotidien pour Rousseau.
Passionné par la botanique c'est lui qui a inspiré ce jardin à son créateur, le
Marquis de Girardin. Girardin, alors " éclairé " par les écrits du philosophe s'inspire de son roman La nouvelle Héloïse où Rousseau décrit son
jardin idéal. Un jardin "anti-Versailles "selon Fabrice Boucault, responsable du parc.

Le lieu est créé dans les années 1770. A l'heure où les
philosophes repensent le monde, Girardin, lui, repense son parc et en fait un
jardin paysagé à l'anglaise, une petite révolution avant la Grande ! Car ici
pas d'allée rectiligne ornée de fleurs, ni jeux d'eau flamboyants. La beauté se
veut moins ordonnée, plus sauvage.

Et chemin faisant on s'engouffre dans un monument ornemental, la
grotte des Naïades...
Cette grotte fait écho au Mythe de la Caverne de Platon puisque
le promeneur est invité à passer dans l'obscurité pour rejoindre la lumière qui
délivre la connaissance sur le monde. A l'intérieur la grotte s'ouvre sur une
cascade.

Et en sortant, nous voici face à un joli tableau
paysager : un lac avec au loin une petite île bordée de peupliers où se
trouve le cénotaphe de Rousseau, tombeau où il fut inhumé le 4 juillet 1778.
Avant que ses cendres ne soient transférées
au Panthéon... six ans plus tard.

Midi sonne. Direction le château d'Ermenonville juste à
côté où Rousseau vécut ses derniers jours. Mickaël Bois, le chef de Cuisine du
restaurant La table du poète y sert justement un menu à la " mode
Rousseau ".

Mickaël Bois s'est inspiré du livre "L'assiette
de Jean-Jacques Rousseau"
écrit par Jean-Marc
Vasseur, historien et directeur culturel de l'Abbaye Royale de Chaalis.

 

Et
c'est à l'Abbaye que nous retrouvons Jean-Marc Vasseur pour évoquer Rousseau... Lequel
respectait quelques principes culinaires. "Il était locavore et amateur de vin, c'était
un bon œnologue d'ailleurs il disait : "Méfiez-vous des gens qui ne boivent que de
l'eau"
, confie Jean-Marc Vasseur.

Rousseau qui arpentait les chemins boisés autour de l'Abbaye de
Chaalis était un dromomane. Autrement dit, Rousseau avait un besoin maladif,
irrépressible de marcher. Il marchait tout le temps pour s'isoler du monde et
pour botaniser."Il était aussi un nez!"

L'Abbaye de Chaalis, 18è siècle, abrite
une galerie dédiée à Jean-Jacques Rousseau. Des manuscrits musicaux attestent
de l'autre passion de Rousseau : la musique.

Rousseau a composé plus d'une centaine
de morceaux repris aujourd'hui par l'ensemble Alba.

Concerts, spectacles, expositions... P our
tout savoir sur " 2012 L'Oise fête Rousseau " vous êtes invités à
flâner sur le site www.destination-rousseau.com

(©)