Voyage et découvertes, France info

Ça nous marque. Le Guide du routard : "Donald Trump nous a fait perdre 24 000 exemplaires sur nos guides des USA"

Chute des ventes de plusieurs milliers d'exemplaires pour les récentes éditions USA et Turquie du "Guide du routard", souligne le fondateur du célèbre guide. Mais depuis sa création en 1973, le GDR, comme on l'appelle, reste l'un des livres les plus vendus en France.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Philippe Gloaguen, co-fondateur du Guide du routard.
Philippe Gloaguen, co-fondateur du Guide du routard. (GAMMA-RAPHO VIA GETTY IMAGES)

Les vacances arrivent à grands pas. Philippe Gloaguen, fondateur du Guide du routard, est l'invité d'Olivier de Lagarde. C’est non seulement le guide de voyage numéro 1, mais aussi le livre le plus vendu en France, toutes catégories confondues, si l’on excepte peut-être Astérix. Depuis sa création en 1973 il s’est vendu plus de 50 millions de guides.  

Le journaliste "le moins cher du marché"  

En 1973, Philippe Gloaguen est étudiant et il rêve de devenir journaliste. Une rencontre avec Jean Lacouture, grand reporter au Nouvel Observateur, le persuade que cette profession lui permettra d’assouvir ses envies de voyages et de rencontres. Il va en fait devenir chroniqueur "Tourisme" pour Actuel et va devenir le champion du voyage à tout petit prix.

"Je voyageais en auto-stop, en autobus, dormait dans les campings et les auberges de jeunesse. J’ai notamment parcouru la route des Indes pour Actuel et j’ai rapporté seulement 180 euros de notes de frais pour deux mois et demi de voyage".    

"Des guides qui sentent un peu la marijuana"

Du succès de ces articles va naître le Guide, même si, au départ, reconnaît Philippe Gloaguen, il a eu du mal à convaincre les éditeurs. Le Guide du routard a commencé par être refusé par 19 maisons d’édition. Il faut comprendre que nous sommes seulement cinq ans après mai 68, et cela effrayait un peu les éditeurs traditionnels, c’était un peu hippie. C'est un tout petit éditeur qui va accepter le guide, et la chance a voulu qu’il fasse faillite et qu’en 1975 Hachette accepte de reprendre l’affaire.  

Un Routard qui s’est embourgeoisé  

45 ans et 50 millions d’exemplaires plus tard, le Routard a changé, reconnaît Philippe Gloaguen. "Le public du Routard a vieilli. D'étudiant il est devenu cadre, il est peut-être journaliste à franceInfo ! Il travaille peut-être dans une banque, il a besoin d’un hôtel de charme, et au lieu de faire du stop, il cherche une voiture de location. Vous avez donc des adresses plus chics dans le Guide du routard sans oublier notre ADN, la meilleure adresse au meilleur prix…"       

Philippe Gloaguen, co-fondateur du Guide du routard.
Philippe Gloaguen, co-fondateur du Guide du routard. (GAMMA-RAPHO VIA GETTY IMAGES)