Cet article date de plus de neuf ans.

Balade dans le Paris criminel

écouter
Direction l'île de la Cité pour suivre une visite qui retrace l'histoire du Paris policier...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

10 heures sur
le Pont Neuf à Paris. Dorothée Hervin est sur les lieux du crime. C'est parti pour deux
heures d'instruction sur l'île de la Cité. Diplômée de
l'école du Louvres, cette passionnée d'histoire s'est nourrie plus jeune des
récits d'Alain Decaux. Et ça s'entend, le ton est vivant, très vivant.

  (lesvisitesdethéo.com Autre)

**Du 6ème

au 13ème siècle on pratique le système accusatoire.**

Dorothée Hervin évoque
l'Ordalie, appelée aussi jugement de Dieu. Quand on ne parvient pas à donner une
sentence on s'en remet à la bonté divine.

En 1258,
Saint-Louis met fin au système accusatoire qui cède sa place au système
inquisitoire. Pour obtenir l'aveu d'un suspect, l'inquisiteur est libre
d'employer le système de contrainte qu'il préfère. Comme l'élongation. Et le gavage par l'eau, d'où l'expression "ça me reste en travers de la gorge".

36 quai des
Orfèvres, le siège de la Police parisienne que l'on surnomme "la maison
pointue" à cause de sa petite tour. La bande à Bonnot, Pierrot Le fou,
les plus grands criminels de France sont passés par le "36"
installé ici depuis un siècle. Et c'est en 1879 qu'Alphonse Bertillon met au
point l'anthropométrie judiciaire. Taille, hauteur du buste, poids... le système
d'identification s'accompagne désormais de photos de face et de profil. C'est
la naissance du service d'identification judiciaire en 1883.

  (lesvistesdetheo.com Autre)

**Et c'est en

1902 qu'un premier criminel, Scheffer, est arrêté en France grâce à ses
empreintes digitales. **

La Police scientifique est en marche.

A quelques
pas, coup d'œil sur la Place Dauphine qui a bonne mine. Juste derrière le Palais
de Justice planté droit. Puis courte pause devant la Conciergerie et sa tour
Bon-bec où était pratiquée la torture.

"Je
vous emmène voir l'un des plus grands criminels en France..."

Ce
criminel c'est le Docteur Petiot. En 1936, il est arrêté pour vol à l'étalage à
la librairie Joseph Gibert, tout près de l'île de la Cité dans le Quartier
latin. Il est jugé en 1946 pour vingt-sept assassinats. Etape finale
le Parvis de la Cathédrale Notre-Dame. C'est ici en 1676 que la Marquise de Brinvilliers fera amende honorable avant son exécution
rendue publique. La diabolique Marquise est accusée d'avoir empoisonné avec son
complice et amant Godin de Saint-Croix, son père et ses deux frères pour
toucher l'héritage. Ils tueront bien d'autres victimes. Les deux empoisonneurs
ont utilisé une décoction à base d'arsenic. Cette préparation deviendra célèbre
sous le nom de "poudre de succession"

  (lesvisitesdetheo.com Autre)
 

La preuve est
irréfutable, cette balade sur le Paris Criminel laisse des traces...

Les
visitesdetheo.com

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.