Vous en parlerez aujourd'hui, France info

Vous en parlerez aujourd'hui. "Captain Europe" va vous donenr envie (ou pas) de voter aux prochaines européennes

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin repère une info à partager, à la machine à café ou sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, un mystérieux "Captain Europe" censé encourager le vote aux européennes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
\"Captain Europe\" au Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin).
"Captain Europe" au Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin). (TWITTER)

Depuis quelques jours, une parodie de super-héros se présente sur les réseaux sociaux sous le nom de "Captain Europe". Un costume ridicule pour une action citoyenne. L'Union européenne soutiendrait l'initiative, de loin. Mais qui est-il ? Depuis quelques jours, Viktor Orban n’en dort plus la nuit, Theresa May a doublé la garde de sa résidence et Matteo Salvini se demande s’il sera le prochain ? "Captain Europe" est là. Comme un extraterrestre ? Non ? Un robot ? Non ? Un homme ? Peut-être. Mais plus rien ne sera comme avant. Voilà normalement la réaction que n’importe quel citoyen croyant en l’Union européenne devrait avoir en prononçant le nom de "Captain Europe".

Un costume franchement ridicule

"Captain Europe" est habillé d’une combinaison moulante bleue ciglée des 12 étoiles, un loup doré autour des yeux ainsi que d’une cape et d’un tricorne bleu. La première impression, c’est : tiens, il y a eu une soirée pirate chez Michou. On peut aussi croire à un échappé du carnaval de Dunkerque.

Alors qui est tu "Captain Europe" ?  On ne sait pas. Il s’agirait d’un simple citoyen engagé. Sur son compte Twitter, il indique que son pouvoir secret s’appelle l’Union européenne et il est devenu une sorte de mascotte s’agitant dans le quartier européen de Bruxelles. Ce qui aurait pu rester une anecdote – puisqu’un super héros, on le laisse travailler – a pris une autre dimension quand une photo de "Captain Europe" a été retweetée par le compte officiel du Parlement européen avec ce message, "En mai prochain, 'Captain Europe' ira voter pour choisir son représentant au Parlement européen".

À partir de là, moqueries, enquête, suspicion, tout le monde imagine que ce super-héros est l’arme anti-abstention de l’Union européenne. En fait, il n’en est rien. D’ailleurs quand on regarde le compte Twitter @CaptainEurope, il est assez critique envers l’UE. Il lui reproche, par exemple sa complaisance avec certains régimes autoritaires du Moyen-Orient.

En fait, le plus affligeant dans cette histoire, c’est que quelqu’un au Parlement européen se dise : on peut retweeter un homme en collant bleu moulant, ça peut faire voter. En 2014, lors du dernier scrutin européen, seul 46% des électeurs de l’Union s’étaient déplacés. Difficile de motiver des électeurs au moment où les partis nationalistes font le plein. Les crises financières, institutionnelles, migratoires, agricoles ont fracassé plus d’un espoir et seul un super-héros pourra nous sortir de cette situation.

Le plus étonnant, c’est qu’énormément d’eurosceptiques réagissent en se plaignant de cette campagne de publicité. "Captain Europe" a un ancêtre, portant le même nom : c'était un haut fonctionnaire britannique qui, en 2006 avait crée ce personnage. Le Brexit avait agi sur lui comme la kryptonite sur Superman.

Aujourd’hui il refait son apparition. Mais qui est-il ? Député européen le jour, super-héros la nuit... On a bien pensé à Brice Hortefeux, mais on préfère garder le mystère.     

\"Captain Europe\" au Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin).
"Captain Europe" au Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin). (TWITTER)