Vous en parlerez aujourd'hui, France info

Un Français sur deux considère que les enseignants sont "suffisamment payés"

Publiés par Les Echos, les résultats de cette étude vont à contre-courant de la tendance actuelle pour la revalorisation du métier d'enseignant. Six mois plus tôt, une étude présentait les Français comme favorables à des augmentations de salaires pour les professeurs.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le salaire des enseigants à nouveau controversé. 
Le salaire des enseigants à nouveau controversé.  (ISABELLE RIVIÈRE / FRANCE-BLEU POITOU)

56 % des personnes interrogées pensent que les enseignants en début de carrière sont trop payés. C'est l’un des résultats les plus inédits de cette enquête réalisée par le quotidien Les Echos.

Un rapport de l’OCDE révélait récemment que le salaire moyen d’un professeur français est de 7 % inférieur à celui des autres pays les plus développés. Le gouvernement annonce de son côté vouloir faire un geste pour valoriser la rémunération des enseignants, ce qui ne ravit pas de nombreux Français, qui n'y voient pas un réel intérêt. Les sujets sur lesquels seul le gouvernement soutient des augmentations de salaires sont assez rares, généralement c’est plutôt le contraire.

Un clivage public-privé

D’ailleurs, quand on lit l’étude, un clivage assez net se dessine. La majorité des salariés du privé interrogés trouvent que les professeurs sont payés "comme il faut", alors que les employés du public pensent majoritairement le contraire. 2 067 euros brut pour les enseignants qui débutent en primaire, 2 334 euros brut pour un professeur qui débute en collège ou en lycée alors qu'il passe entre dix-huit heures et vingt-quatre heures par semaine devant les élèves. C'est cet aspect, rappellant le cliché du professeur avec une fleur dans la bouche, qui choque bon nombre de sondés.

Beaucoup de personnes interrogées, issues d’un milieu modeste, estiment dans cette enquête que les professeurs sont largement payés en fonction du taux horaire qu’ils effectuent et de la sécurité de l'emploi dont ils bénéficient. C'est comme si il y avait une quelconque rivalité ou un championnat du plus précaire.

Des horaires à première vue tranquilles. Mais c’est sans penser à la préparation des cours, à la correction des copies ou à la préparation mentale de se dire tous les matins : "mais si, les équations à deux inconnues passionnent tous les adolescents". Une étude de l’Insee estime que ces tâches "extra-établissement" représentent à peu près 20 heures de travail par semaine pour un enseignant. 

Les Français ne savent pas sur quel pied danser

Dans l'étude, il est mentionné qu’une majorité de Français pense que les enseignants en début de carrière sont trop payés. Pourtant, en janvier dernier, un sondage publié dans Le Figaro expliquait qu’une majorité de Français pensait au contraire que les professeurs étaient mal payés.

Si les Français ne savent pas sur quel pied danser concernant les enseignants, c’est que d’un côté ils ont envie que leurs enfants bénéficient de la meilleure éducation possible mais que d'un autre côté, quand on a soi-même des problèmes, il est toujours plus simple de se retourner contre ceux qui sont payés avec nos impôts et qui enseignent de drôles de choses à nos enfants. Nul doute que l'on va beaucoup entendre ces prochains jours : "Et dire qu’en plus on ne peut plus aller chez mamie parce qu’ils ont déplacé le brevet. L'Éducation nationale, ces privilégiés". 

Le salaire des enseigants à nouveau controversé. 
Le salaire des enseigants à nouveau controversé.  (ISABELLE RIVIÈRE / FRANCE-BLEU POITOU)