Une journée mondiale, France info

Une journée mondiale des échecs : la renaissance grâce au streaming ?

Tous les jours cet été, franceinfo et la Rédaction internationale de Radio France vous font découvrir une journée mondiale. Une cause, un animal, une pratique à travers le monde... Lundi, c'est la journée des échecs. Vieux de plusieurs centaines d'années, ils se sont pourtant renouvelés lors du confinement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un club d\'échecs a réouvert à Saint-Louis (Etats-Unis) après trois mois de fermeture en tenant compte des gestes barrières.
Un club d'échecs a réouvert à Saint-Louis (Etats-Unis) après trois mois de fermeture en tenant compte des gestes barrières. (BILL GREENBLATT / MAXPPP)

Cela fait plus de 50 ans que les joueurs d’échecs fêtent leur Journée internationale le 20 juillet. Mais c’est l’an dernier seulement que l’ONU l’a officiellement inscrite au calendrier. 

Les échecs sont un sport, un vrai, reconnu par le CIO, le Comité international olympique. La FIDE, la Fédération internationale des échecs, a tenté avec la Fédération française de les faire inscrire aux Jeux 2024 à Paris, sans succès. Les organisateurs leur ont préféré le break dance et ses figures spectaculaires.

Les échecs obligatoires à l’école

Les échecs ne se jouent pas sur l’expérience, l’agilité ou la force physique mais la réflexion, la mémoire et la concentration.

En Arménie, pays qui compte le plus grand nombre de GMI (grands maîtres internationaux) par habitant, les cours d’échecs sont d’ailleurs obligatoires dès le primaire, 4 heures par semaine. C’est l’une des rares disciplines où un enfant de 10 ans peut battre des adultes à plate couture.

Souvent jugés un peu vintage, austères ou démodés (le jeu que nous connaissons aujourd’hui n’a pas changé depuis 400 ans), les échecs ont pourtant cette année gagné en notoriété.

Dix millions de parties par jour

À la faveur du confinement lié à l’épidémie de coronavirus, les cours et les tournois se sont déplacés sur les plateformes en ligne, dans un secteur de plus en plus concurrentiel. L’opérateur historique, chess.com, affiche plus de 40 millions de membres et 10 millions de parties par jour.

En avril, l’actuel champion du monde, le Norvégien de 29 ans Magnus Carlsen, considéré comme le meilleur joueur de tous les temps, a d’ailleurs profité du confinement pour lancer un tournoi d’élite à distance. Il y a convié les sept meilleurs joueurs de la planète.

250 000 dollars de récompense, des joueurs filmés à 360° derrière leur ordinateur et des parties commentées en neuf langues, comme des rencontres sportives.

Échecs et streamers

Un autre grand nom de la discipline, l’Américain Hikaru Nakamura, a lui investi la plateforme de streaming vidéo Twitch.

Il y entraîne des "streamers" célèbres, plus habitués à filmer leurs parties de Fortnite qu’à se creuser la tête pour imaginer un mat du couloir.

Résultat : les heures de visionnage de parties d’échecs sur la plateforme ont doublé d’un mois sur l’autre. De quoi donner un coup de fouet à la discipline, et l’aider à se défaire de son image élitiste.

Un club d\'échecs a réouvert à Saint-Louis (Etats-Unis) après trois mois de fermeture en tenant compte des gestes barrières.
Un club d'échecs a réouvert à Saint-Louis (Etats-Unis) après trois mois de fermeture en tenant compte des gestes barrières. (BILL GREENBLATT / MAXPPP)