Cet article date de plus de sept ans.

Malgaches, domestiques et esclaves

écouter (5min)
Elles sont Malgaches, souvent illettrées, et par milliers réduites en esclavage dans les pays du Golfe, en Arabie Saoudite, au Koweit mais aussi au Liban.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Solange, 34 ans, a travaillé pendant un an comme domestique en Arabie Saoudite. Sa mort reste jusqu'à ce jour inexpliquée. © Aurore de la Brosse)

Ces mères de familles, attirées par la promesse d’un travail de domestique bien payé, quittent leur pays via des agences de placement privées. Une fois sur place, passeport confisqué, salaires non versés, elles vivent des conditions de travail très difficiles, quand elles ne sont pas victimes de mauvais traitements.

 

L'été dernier, le gouvernement malgache a adopté un décret interdisant le départ des travailleurs non qualifiés vers le Golfe mais un an plus tard, le trafic de domestiques se poursuit, dans l'illégalité. 

Un monde d'info / Malgaches, domestiques et esclaves. Le reportage d'Aurore de la Brosse
écouter

Inde : menaces sur la liberté d'expression

 (© Maxppp Le Premier ministre Narendra Modi visé par la satire de neuf étudiants)

La liberté d'expression est-elle menacée en Inde ? Dans l'Etat du Kerala, au sud du pays, neuf étudiants ont été arrêtés par la police dimanche dernier, pour avoir publié des mots croisés satiriques impliquant des hommes politiques, dont le premier Ministre.

 

C'est la deuxième fois que des étudiants sont arrêtés pour la même raison en une semaine. D'autres interpellations identiques ont également eu lieu dans d'autres Etats du pays, suite notamment à la publication d’une "galerie de la honte" dans un magazine étudiant. Une dérive inquiétante pour les défenseurs des droits de l'homme.

 

Un monde d'info / Inde : menaces sur la liberté d'expression. Les explications de Sébastien Farcis
écouter

Des milliardaires chinois trop avides de Bordeaux

 (© Maxppp   Vignes dans le bordelais)

Ils étaient trop gourmands ou en tout cas, trop attirés par les vins français. Deux milliardaires chinois, véritables fanatiques des crus de Bordeaux, sont aujourd'hui sur la sellette et rattrapés par la commission anticorruption du Parti communiste.

 

Les deux hommes étaient entrés en compétition. C'était à celui qui réussirait à ouvrir la plus grande cave à vins de Bordeaux sur la côte est du pays. Résultat : ils sont accusés d'avoir détourné 32 millions d'euros de fonds publics pour arriver à leurs fins et d’avoir acheté au total 14 vignobles du bordelais.

 

Un monde d'info / Chine : détournement fonds publics. Les précisions de Philippe Reltien
écouter
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.