Cet article date de plus de sept ans.

Les débuts difficiles du velib' madrilène

écouter (5min)
Il s'appelle BiciMad. Bici comme "bicicleta", et Mad comme Madrid. La capitale espagnole a inauguré son service de vélos publics et électriques. 1.500 vélos sont disponibles, c'est douze fois moins que les vélibs parisiens.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les BiciMad de Madrid © Radio France - Mathieu de Taillac)

Sur le papier, le dispositif est séduisant. Les vélos sont à assistance électrique, a priori une bonne idée à Madrid, une ville au relief prononcé. Seulement voilà, ça ne fonctionnait pas. Le serveur a saturé. Il y a trop de gens, trop d’utilisateurs. Certains ont déjà acheté leur abonnement. 25 euros l’année, auxquels il faut ensuite ajouter 50 centimes à la demi heure.

Un monde d'info / Espagne : les débuts difficiles du velib' madrilène. Les explications de Mathieu de Taillac
écouter

La vie cruelle des pigeons de courses de Taïwan

 (Ming Lai policier taïwanais et passionné de course de pigeons © Radio France - Clément Robin)

Taïwan est un véritable paradis pour les passionnés de courses de pigeons. Tous les trimestres, des milliers de pigeons sont embarqués dans d’immenses cages sur des bateaux. Ils sont relâchés en pleine mer et doivent regagner la côte, à des dizaines, voire des centaines de kilomètres, le plus rapidement possible, peu importe les conditions climatiques.

 

Ces compétitions brassent des centaines de milliers d’euros, mais coûtent la vie à de nombreux volatiles. Selon PETA, association américaine de protection des animaux, chaque année 1,5 million de pigeons meurent noyés, épuisées. Pour mettre un terme à ces abus, l’association de défense des animaux a déposé une plainte.

 

Un monde d'info / Taïwan, le paradis des passionnés de courses de pigeons. Le reportage de Clément Robin
écouter

En Arabie Saoudite, les femmes prennent leur envol

 (© Reuters   Les femmes apprenent à piloter en Arabie Saoudite)

Les femmes semblent prendre de la hauteur au sens propre comme au sens figuré. Une saoudienne vient de décrocher sa licence de pilote professionnelle. Un paradoxe dans ce pays, où les femmes n’ont pas le droit de conduire.

En Arabie Saoudite, il existe deux écoles de pilotes et la licence est très chère : 60.000 euros. Avec une livraison de 5.000 avions dans les prochaines années, les experts prévoient une pénurie de pilotes. Une aubaine pour ces femmes qui prennent de plus en plus de hauteur ces derniers mois.

 

Un monde d'info / Femmes pilotes en Arabie Saoudite. Les précisions de Clarence Rodriguez
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.