Un monde d'info, France info

Chine : une opération de chirurgie esthétique pour être recruté

La fin de l'année universitaire approche en Chine, et les cliniques de chirurgie esthétique font le plein. De plus en plus de jeunes diplômés pensent que des paupières débridées ou un nouveau nez vont augmenter leurs chances sur le marché du travail. En Chine, la compétition pour trouver un premier emploi est féroce, et à compétence égale, les employeurs optent souvent, et sans tabou, pour le candidat le plus beau.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Cette année, plus de sept millions de jeunes diplômés vont sortir des universités chinoises avec à la clé un taux de chômage de 10%. Trouver un emploi intéressant et bien payé n'est donc pas à la portée de tout le monde. La chirurgie esthétique peut faire la différence explique Guo Juan, la directrice adjointe de la clinique Charm. "En 2013, on a vu une hausse de 30% sur un an du nombre d'étudiants venus faire une opération. Actuellement, sur le marché de l'emploi, il y a trois choses qui comptent : paraître en bonne santé, être intelligent, et avoir un physique agréable. Donc on peut dire que l'apparence de quelqu'un est déterminante pour la réussite de sa carrière ".

Un fait que les recruteurs avouent sans problème : à compétences égales, c'est le candidat avec le physique le plus avantageux qui sera choisi, surtout lorsqu'il s'agit de candidates.

Jack l'éventreur made in Tunisie


Comment évoquer au cinéma l'attitude de certains hommes ? En Tunisie, le film Le Challat de Tunis , montre ce que beaucoup ont constaté : certains hommes ne sont pas très tendres avec les femmes. Drague excessive, harcèlement, parfois cela va jusqu'à l'agression.

En 2003, à Tunis, Le challat, le ballafreur, tailladait les fesses des filles un peu trop légèrement vêtue. La réalisatrice Kaouther Ben Hania part à la recherche de cet homme qui n'a jamais été arrêté et cherche à montrer une réalité tunisienne un peu dure pour certaines : le machisme des hommes.
Un film satirique, qui mêle fiction et documentaire.

Japon

C'est un changement majeur au Japon. Les femmes enceintes peuvent désormais profiter des sources d'eau chaude japonaises (les onsen ). Le ministère de l'environnement vient de l'autoriser après 32 ans d'interdiction.

Jusque là, la réglementation était claire et dûment inscrite à l'entrée de tous les onsen : "les femmes enceintes doivent éviter de se baigner", de même que certaines personnes souffrant de maladies diverses. Ces lieux de détente très appréciés des Japonais offrent des bains très chauds dans lesquels les clients se prélassent nus durant de longues minutes, parfois en plein air.

(©)