Un monde d'avance, France info

Tokyo est la ville la plus sûre au monde

La capitale japonaise arrive en tête d'une enquête publiée par "The Economist" sur 60 villes dans le monde. L'Asie domine le palmarès.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Tokyo la nuit (photo d\'illustration, 21 mars 2019).
Tokyo la nuit (photo d'illustration, 21 mars 2019). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Il faut avoir les moyens d’y aller, mais vous pouvez voyager tranquille si vous vous rendez dans la capitale japonaise. Conclusion du Safe Cities Index, publié ce vendredi 30 août. C’est une enquête, tous les deux ans, de l’Institut de recherche du très sérieux magazine britannique The Economist. Tokyo et ses 40 millions d’habitants, si on compte l’ensemble de l’agglomération, arrive donc en tête, comme il y a deux ans. Et devance, comme il y a deux ans, Singapour et Osaka. Autrement dit, les grandes métropoles asiatiques dominent ce palmarès qui inclut 60 villes. La presse japonaise en parle beaucoup.

Lagos en queue de peloton

Cela dit, après ce trio de tête, on trouve une ville européenne, Amsterdam. Viennent ensuite Sydney, Toronto, et Washington. Paris est 23ème (24ème il y a deux ans). La capitale française se classe derrière Londres ou Francfort, mais devant Bruxelles ou Madrid. Et en queue de peloton, les villes les moins sûres ont pour nom la tentaculaire Lagos au Nigeria ou bien Caracas au Venezuela, Karachi au Pakistan. Les auteurs de l’étude soulignent que bien sûr, plus les villes sont riches, plus elles ont les moyens d’assurer leur sécurité. Mais ça n’est pas la seule explication : la transparence et la bonne gouvernance ont aussi un impact majeur.  

Sécurité informatique assurée au Japon

Il y a plein de critères pour définir ce palmarès, c’est la sécurité au sens large du terme : il ne s’agit pas seulement de la sécurité des personnes, de l’absence de délinquance mais aussi de la sécurité sanitaire (infrastructure hospitalière, propreté de la nourriture), ou de la qualité des infrastructures pour faire face à des catastrophes (événements naturels ou terrorisme). Et, sur tous ces critères, Tokyo, Singapour ou Osaka l’emportent. Paris arrive à chaque fois en milieu de classement vers la 20/25ème place. C’est un peu mieux, 15ème, pour la sécurité en termes de santé. Et puis il y a un dernier critère très intéressant dans ce classement : c’est la sécurité numérique. Autrement dit : si vous vous connectez à Internet dans une ville étrangère, courez-vous un risque de voir votre ordinateur ou votre smartphone infectés par un virus ? Et là encore, Tokyo arrive en tête, suivie de près par les villes d’Amérique du Nord : Chicago, Los Angeles, San Francisco, Dallas, etc. Précisons bien que ce n’est pas une question de taux d’accès à Internet, mais bien une question de sécurité : par exemple, Internet est accessible partout à Koweit City dans le Golfe Persique, mais ce n’est pas sûr du tout.  

Une urbanisation galopante

Tous ces sujets sont majeurs, parce que la planète s’urbanise à grande vitesse : aujourd’hui, 56% de la population mondiale vit dans une ville. C’était 10% il y a un siècle. Ce sera 70% dans 30 ans. La planète compte déjà 30 agglomérations de plus de 10 millions d’habitants. Et cette urbanisation ultra rapide pose des défis en série, en particulier dans les pays en développement en Afrique et en Asie : les transports, les logements, la santé, la pollution, la délinquance. Autant dire aussi que le poids politique des grandes villes mondiales ne va cesser de s’accroître.   

Tokyo la nuit (photo d\'illustration, 21 mars 2019).
Tokyo la nuit (photo d'illustration, 21 mars 2019). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)