Superman fait son coming out

écouter (3min)

Dans le prochain numéro des aventures du super-héros, le nouveau Superman, fils de l'historique Clark Kent, se met en couple avec un autre homme.

Article rédigé par
Marie-Pierre Verot - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Superman fait son coming-out en échangeant un baiser avec le journaliste Jay Nakamura. (CAPTURE D'ÉCRAN DC COMICS)

C'est une petite révolution dans le monde des super-héros. Dans le prochain numéro de DC Comics, le nouveau Superman, fils de Clark Kent et Loïs Lane, fait son coming outEn un baiser avec le journaliste aux cheveux roses Jay Nakamura, Jon va assumer son identité bi. Il est bisexuel. L’amitié nouée dans les épisodes au cœur de l’été se transforme donc en amour dans le numéro de novembre. "Il semblait anachronique de faire de ce nouveau héros, le fils, une copie conforme de son père, un mâle blanc hétérosexuel", expliquent ses créateurs. 

Cette orientation sexuelle n'est qu'une des nombreuses différences entre Superman père et fils. Jay, l'amoureux de Jon, détient lui aussi des super-pouvoirs. Selon DC Comics, il est sans doute la seule personne sur terre que Superman n'aura pas besoin de protéger ou de sauver. C'est donc une relation sur un pied d'égalité. D'ailleurs, le baiser entre Superman et Jay est l'apogée d'une séquence où notre super-héros en combinaison bleu, bottes rouges et cape apparaît découragé par l'ampleur de la tâche. Sauver le monde lui semble insurmontable et Jay vient le réconforter.

À nouveau héros, nouveaux combats

Avec ce nouveau Superman, il ne s'agit plus simplement de lutter contre de simples méchants ou contre des méchants dotés de super-pouvoirs, mais de mener des combats actuels. Jon doit éteindre les feux de forêts causés par le dérèglement climatique, empêcher une tuerie dans une école ou défendre les réfugiés menacés de déportation. Cela dit, Superman a toujours été en phase avec son époque. Dans les premiers numéros des années 30, il affrontait les nazis et détruisait le mur de l'Atlantique. Superman représente l’Amérique et ses combats. On pourrait même dire que le super-héros est l'incarnation du rêve américain. Réfugié sur terre, seul rescapé de Krypton d'où l'envoie son père pour le sauver de la destruction de la planète, le jeune orphelin grandit dans la campagne américaine, recueilli par un couple de fermiers du Kansas qui le prénomment Clark. Une fois adulte, il monte à la ville, Metropolis, où il réussit.

Un coming out très symbolique

On pourrait ajouter que la quête d'identité est intrinsèque à Superman puisqu’il grandit en exil. Sa bisexualité, aussi spectaculaire qu'elle puisse sembler, n'est pas non plus un coup de tonnerre. Comme le note le New York Times, l'univers des super-héros est déjà traversé par ces évolutions. L'acolyte de Batman, Robin, est ainsi attiré par un homme. Il y a aussi le super-héros Aquaman, un personnage noir et gay. L'industrie des comics s'était longtemps autocensurée depuis la publication de l'ouvrage d'un psychiatre, Fredric Wertham, dans les années 50. Intitulé Seduction of the Innocent (La séduction des innocents), il suggérait un lien entre la lecture des comics et la délinquance juvénile. Nous n'en sommes plus là.

L'évolution des super-héros a été progressive mais continue. Les spécialistes se souviendront par exemple qu'en 1992, Northstar, le héros de Marvel, avait fait déjà son coming out. Mais cette fois nous parlons de Superman, le super-héros le plus américain, le plus connu et le plus vendu de tous les temps. Forcément, son coming out frappe les esprits. Reste à voir s'il influera aussi sur les ventes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.