Guerre en Ukraine : la crise alimentaire s'aggrave dans les pays déjà en difficulté

écouter (3min)

En ce mois de juillet, dans le Monde d’avance, on s’intéresse à la nouvelle donne diplomatique née de la guerre en Ukraine. Ce conflit a rebattu les cartes et modifié les équilibres géopolitiques. Aujourd’hui, il s'agit de la crise alimentaire, qui s'aggrave dans de nombreux pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un champ de blé en Allemagne, le 25 juillet 2022 (Illustration). (HARALD TITTEL / DPA)

Des prix de céréales qui flambent, des engrais et des fertilisants plus chers, le coût de l'énergie qui s'est envolé... la guerre en Ukraine perturbe toute le chaîne d'approvisionnement, amplifiant la crise alimentaire dans des proportions alarmantes. L'impact du conflit est dévastateur : en 2021, le Programme alimentaire mondial, le PAM, estimait à environ 270 millions le nombre de personnes menacées par la faim. Ce chiffre pourrait grimper cette année à 320 millions à cause la guerre en Ukraine.

Une trentaine de pays touchés

Une trentaine de pays dans le monde aujourd'hui sont confrontés au spectre de la famine qui touche de plein fouet particulièrement les femmes et les enfants. Selon Jeanne Berger, responsable des programmes d'urgence à l'ONG Care France, la famine est rarement le seul problème d'un pays en crise. Certains pays sont touchés par des "crises prolongées, multi-aspects", comme au Yémen ou en Syrie. En plus des conflits armés, ces pays "sont marqués par la sécheresse, par les déplacements de population," indique Jeanne Berger. Certaines crises sont plutôt liées aux catastrophes naturelles et à l'instabilité politique, comme Haïti. 

"La plupart des pays qui ont été touchés sont des pays qui étaient déjà considérés comme des pays en crise humanitaire et surtout en crise alimentaire."

Jeanne Berger, responsable des programmes d'urgence à l'ONG CARE France

franceinfo

D'un point de vue financier, la communauté internationale s'est mobilisée très rapidement pour les réfugiés ukrainiens, une assistance d'urgence indispensable compte tenu de l'ampleur de la crise humanitaire. Conséquence : il y a moins d'argent disponible pour aider les pays en situation de crise alimentaire aiguë. L'ONU et les ONG peinent à mobiliser les bailleurs de fonds. Peu médiatisée, la question de la sécurité alimentaire ne semble pas figurer en haut de l'agenda de la communauté internationale. Une crise silencieuse qui fait des ravages dans les populations, comme dans la Corne de l'Afrique où plus de 16 millions de personnes, selon les Nations unies, sont menacées de famine, après quatre années de sécheresse. Un chiffre qui pourrait atteindre 20 millions de personnes d'ici septembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.