Cet article date de plus de trois ans.

Bhoutan : au "pays du bonheur", le peuple mécontent sanctionne le gouvernement dans les urnes

écouter (3min)

Dans ce petit pays enclavé dans l'Himalaya, réputé être le "pays du bonheur", les élections générales du jeudi 18 octobre ont porté au pouvoir un nouveau parti.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des Bouthanais font la queue devant un bureau de vote à Thimpu, au Bhoutan, le 18 octobre 2018. (DIPTENDU DUTTA / AFP)

Les résultats des élections générales au Bhoutan ont été publiées jeudi 18 octobre, avec le succès d’un parti qui était jusqu’à présent assez faible sur l’échiquier politique. Le Bhoutan est un petit pays de la taille de la Suisse, mais avec 10 fois moins d’habitants. Il est enclavé au cœur de la chaîne de l’Himalaya, coincé entre l’Inde et la Chine et il est resté coupé du monde jusque dans les années 60. On n' y vote librement depuis 10 ans seulement. Le Bhoutan est célèbre pour avoir créé "l’indice du bonheur", qui remplace le calcul strictement économique du PIB. Mais même au pays du bonheur, on râle et on vire les partis de gouvernement, comme presque partout ailleurs. Au 1er tour, le parti au pouvoir avait déjà été éjecté. Lors de ce second tour, c’est l’autre parti de gouvernement qui a été écarté au profit d’un nouveau venu, le DNT.

Des besoins en infrastructures et en 4G

Les Bhoutanais ne sont pas satisfaits du gouvernement sortant parce qu’ils estiment que les infrastructures en eau, en électricité et en transports sont insuffisantes. Ils souhaitent également la construction de nouvelles écoles et d’hôpitaux, plus d’emplois pour les jeunes et de meilleures connexions internet, à savoir de la 4G, et non plus de la 3G. Il ne faut pas croire, en effet, que le Bhoutan, parce qu'enclavé, est en retard d’une technologie. Par exemple, on peut voir en direct sur Internet, les résultats du scrutin qui continuent à tomber, circonscription par circonscription.

La priorité écologique

Tous les partis sont quand même d’accord sur un point, c’est la priorité donnée à l’écologie et à l’environnement. Ça, au Bhoutan, ça ne se discute pas.  L’environnement et la nature passent avant tout. C’est dans les programmes de tous les candidats. La moitié du pays est une réserve naturelle, les forêts occupent 72% du territoire, et c’est un choix garanti par la Constitution. Résultat : le Bhoutan est le seul pays au monde avec un "bilan carbone" positif : il absorbe beaucoup plus de CO2 qu’il n’en émet. C’est aussi un refuge pour les animaux menacés, notamment les tigres, et une terre d’autosuffisance alimentaire, avec l’objectif de devenir 100% bio d’ici deux ans. Le tourisme y est drastiquement limité et l’alpinisme interdit. Il faut dire que le Bhoutan est l’un de ces pays aux premières loges pour constater les effets du réchauffement climatique : fonte des glaciers, apparition des moustiques, modification des cultures.  

Au coeur de la concurrence entre la Chine et l'Inde

Le Bhoutan est aussi au centre d’une lutte d’influence entre ses deux grands voisins, l’Inde et le Chine. Le partenaire traditionnel, on pourrait même dire "le parrain", c’est l’Inde, au sud, de loin le 1er partenaire commercial. Toutes les grandes décisions politiques ont jusqu’à présent été liées aux intérêts indiens.   Mais, c’est un peu comme partout, la Chine pointe le bout de son nez. Pour les Bhoutanais, Pékin est le géant du nord. La Chine construit des routes dans le Tibet voisin, envoie ses touristes, et exporte son matériel électrique et électronique. En très peu de temps, elle est devenue le 3ème fournisseur du Bhoutan. Vu sa puissance financière, la Chine va sans doute continuer d’accroitre son influence au "pays du bonheur".   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.