Un festival de palmes, France info

Cannes, un festival de palmes. Jane Campion, "la seule femme palme d'or"

Pour célébrer les 70 ans du festival de Cannes, Thierry Frémaux, le délégué général du festival, raconte sur franceinfo ces événements qui ont marqué la Croisette. Ce jeudi, Cannes et les femmes avec la réalisatrice Jane Campion, sacrée en 1993, et des palmes exceptionnelles pour Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux en 2013.

Jane Campion, présidente du jury, et les membres du jury lors de la cérémonie d\'ouverture du festival de Cannes 2014.
Jane Campion, présidente du jury, et les membres du jury lors de la cérémonie d'ouverture du festival de Cannes 2014. (GUILLAUME HORCAJUELO / MAXPPP)

Il faut attendre 1993 pour qu'une réalisatrice obtienne une palme d'or à Cannes. C'est la Néo-zélandaise Jane Campion pour La Leçon de piano (ex æquo avec Adieu ma concubine du Chinois Chen Kaige). "Quelque chose s'est passé cette année-là et Jane Campion est à l'apogée de son talent. Je crois que La Leçon de piano restera aussi dans l'histoire pour cela", raconte Thierry Frémaux qui évoque "un film extrêmement neuf et original qui raconte quelque chose de très profond de cette partie du monde, dont le cinéma, la littérature, la musique ne sont pas aussi fêtés qu'ils devraient l'être". 

Le festival de Cannes, un tantinet machiste ?

Le festival de Cannes serait-il un tantinet machiste ? "La réponse est mécaniquement 'oui', reconnaît Thierry Frémaux au micro de franceinfo. Mais qui est responsable ? Les sélectionneurs, les jurés, les présidents de jury, le cinéma mondial. Si aujourd'hui, les femmes metteurs en scène sont très nombreuses, elles ne l'étaient pas forcément dans les années 50, 60 ou 70. Le festival de Cannes ne s'est pas montré non plus tout à fait à la page en invitant Olivia de Havilland pour être la première femme présidente du jury, 20 vingt ans après sa propre création."

Enfin, séquence inédite à Cannes en 2013. Un film reçoit trois palmes d'or. C'est La Vie d'Adèle, d'Abdellatif Kechiche, avec Adèle Exarchopoulos et 
Léa Seydoux. Normalement, un film ne peut recevoir qu'un seul prix. "Le jury, présidé par Steven Spielberg, était venu vers moi pour protester contre cette règle. Il voulait absolument récompenser les actrices. Donc on a inventé une exception", explique Thierry Frémaux.

De La Grande bouffe à Ken Loach, en passant par les grands moments du cinéma italien, les films audacieux et les années à scandale, chaque jour, en attendant la cérémonie d'ouverture du 70e festival de Cannes, franceinfo raconte ces palmes qui ont marqué l'histoire du festival avec son délégué général, Thierry Frémaux, et Thierry Fiorile, spécialiste du cinéma à franceinfo. Chacun des 35 épisodes s'articule autour d’une thématique.

Jane Campion, présidente du jury, et les membres du jury lors de la cérémonie d\'ouverture du festival de Cannes 2014.
Jane Campion, présidente du jury, et les membres du jury lors de la cérémonie d'ouverture du festival de Cannes 2014. (GUILLAUME HORCAJUELO / MAXPPP)