Cet article date de plus de six ans.

Cannes, un festival de palmes. En 1959, le film musical "Orfeu Negro" "tombe pile au bon moment"

écouter (4min)

Pour célébrer les 70 ans du festival de Cannes, chaque jour sur franceinfo, Thierry Frémaux, le délégué général du festival, raconte ces épisodes et ces palmes qui ont marqué l’histoire de la Croisette. Ce samedi, deux films musicaux sacrés à Cannes : "Orfeu Negro" du Français Marcel Camus et "All That Jazz" de l'Américain Bob Fosse.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Scène du film musical "Orfeu negro", de Marcel Camus, palme d'or à Cannes en 1959. (ULLSTEIN BILD / ULLSTEIN BILD)

Les films musicaux ont été deux fois à l'honneur à Cannes. En 1959, Orfeu Negro de Marcel Camus remporte la palme d'or. Ce film franco-italo-brésilien, adapté d'une pièce de Vinícius de Moraes, "fait partie de ces films qui tombent pile", explique Thierry Frémaux au micro franceinfo de Thierry Fiorile. Là, c'est "à un moment où la musique, l'art, la littérature et le cinéma brésiliens sont entrés dans l'Histoire du monde" précise-t-il. Quant à la bande-originale du film, "cette très très belle chanson", elle deviendra "comme souvent dans l'histoire du cinéma, plus célèbre que l'œuvre qui lui a donné naissance", indique-t-il. Cette année-là, une immense personnalité de la comédie musicale hollywoodienne fait partie du jury : l'Américain Gene Kelly. 

Le réalisateur Marcel Camus et la danseuse nord-américaine Marpessa Dawn, actrice principale de "Orfeu Negro", palme d'or à Cannes en 1959. (ULLSTEIN BILD / ULLSTEIN BILD)

Extrait de la bande originale de "Orfeu Negro"
écouter

En 1980, le festival attribue la palme d'or ex æquo à Kagemusha d'Akira Kurosawa et à All that jazz (titre français : Que le spectacle commence) de Bob Fosse avec Roy Scheider, inoubliable chorégraphe à l'hygiène de vie douteuse. Le réalisateur américain "est un immense artiste, indique Thierry Frémaux. Bien que le film soit "assez âpre" et "sombre", il est "magnifique" et "se revoit tout à fait bien aujourd'hui", explique le délégué général du festival.

Cette année-là, le président du jury est un compatriote de Bob Fosse, le comédien Kirk Douglas. "On peut repérer, peut-être ici et là, les Américains aimant récompenser les Américains à Cannes", admet Thierry Frémaux mais, là, dit-il, "on peut complètement comprendre pourquoi le jury et Douglas aient envie de récompenser un tel film". 

Le réalisateur Bob Fosse (à gauche) et l'acteur Roy Scheider (à droite) après la projection de "All that jazz" au festival de Cannes en 1980. Le film a reçu la palme d'or.  (RALPH GATTI / AFP FILES)

De La Grande bouffe à Ken Loach, en passant par les grands moments du cinéma italien, les films audacieux et les années à scandale, chaque jour, en attendant la cérémonie d'ouverture du 70ème festival de Cannes, franceinfo raconte ces palmes qui ont marqué l'histoire du festival avec son délégué général, Thierry Frémaux, et Thierry Fiorile, spécialiste du cinéma à franceinfo. Chacun des 35 épisodes s'articule autour d’une thématique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.