Sports de glisse : quand la Chine s’éveille !

écouter (677min)

La quinzaine olympique est terminée à Pékin, et concernant les médailles, la Chine s'en sort bien, ce qui est d'autant plus étonnant qu'il y a encore quelques années, la pratique du ski n'y était pas vraiment répandu Les États-Unis ont cédé la troisième place de ces JO à la Chine, qui compte 15 médailles au total, dont 9 en or. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Cérémonie de clôture des JO d'hiver de Pékin, dimanche 20 février 2022, au stade national, appelé le "Nid d'Oiseau". (MANAN VATSYAYANA / AFP)

La Chine se passionne de plus en plus pour le ski. En moins de 20 ans, le nombre de skieurs est passé de 10.000 à plus de 12 millions, tandis que les stations ont triplé en 10 ans. Ainsi, la Chine est le deuxième domaine skiable au monde, derrière les Alpes.

En 1934, le premier téléski a été installé par l’entreprise grenobloise Poma qui, depuis, exporte son savoir-faire. Ce géant français du transport par câble a notamment équipé les sites olympiques chinois, mais possède aussi un marché “hors neige” très étendu. 

"La première télécabine que l’on a installée en Chine en 1989, n’est pas une télécabine au sein d’une station de ski, mais c’était pour accéder à la grande muraille."

Eric Dovillaire, directeur des opérations pour Poma Pékin

à franceinfo

"Nous construisons actuellement un téléphérique entre la ville de Heihe et la ville de Blagoveshchensk, donc entre la Chine et la Russie, pour traverser la frontière et apporter des solutions de transport urbain", ajoute Eric Dovillaire. 

Une skieuse s'entraîne le 6 février 2022 pour la finale du slalom géant féminin aux JO de pékin au Centre national de ski alpin de Yanqing. (Illustration) (DIMITAR DILKOFF / AFP)

La neige de culture, une solution durable ?

Le succès de ces Jeux olympiques a été rendu possible grâce à l’utilisation massive de neige artificielle, vivement critiquée par les écologistes. Au total, près de 200 millions de litres d’eau ont été utilisés, soit l’équivalent de 800 piscines olympiques.

Face au réchauffement climatique, même nos stations se mettent à cette neige de culture, pour garder les activités et les emplois. On estime que 30% des pistes françaises en sont équipées. Ceci pourra nous aider à retrouver nos fréquentations d’avant-Covid, c’est-à-dire 50 millions de journées-skieurs, 150.000 emplois et un chiffre d’affaires d’environ 9 milliards d’euros. 

La prudence en montagne

Seulement, une fréquentation en hausse accroît les risques de collision, comme en témoigne le récent décès de l'acteur Gaspard Ulliel. Chaque année, la France déplore 160.000 accidents, dont 7.000 hospitalisations, et 40.000 interventions. Une partie des accidentés sont évacués en hélicoptère, des opérations dans des conditions qui requièrent des qualités de pilotage particulières. 

Chaque année, la France déplore 160.000 accidents en montagne, dont 7.000 hospitalisations, et 40.000 interventions. (PELOTON DE GENDARMERIE DE HAUTE MONTAGNE)

"On demande finalement aux pilotes de montagne les mêmes qualités qu’un alpiniste, c’est-à-dire l’humilité face aux éléments, parce que c’est la Nature qui a raison le plus souvent."

Jean-Joël Loriette, colonel de gendarmerie

à franceinfo

Une humilité face à la Nature qui concerne les skieurs également : n’étant jamais à l’abri de collisions, ces accidents, de plus en plus nombreux, ont relancé les ventes de casques et la question de son port obligatoire. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.