Cet article date de plus de sept ans.

Mr Bricolage pourrait devenir britannique

écouter (5min)
La guerre du bricolage va-t-elle succéder à la bataille pour le travail du dimanche ? De grandes manœuvres se préparent dans le secteur. Un groupe britannique pourrait bien reconfigurer le paysage français
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Ce groupe, c'est
Kingfisher , numéro 1 européen et numéro 3 mondial de l'aménagement de la maison. Ce sont
les enseignes Castorama et BricoDépôt. Kingfisher pourrait bientôt devenir
numéro 1 en France s'il parvient à racheter Mr Bricolage.

Le britannique vient en
effet d'engager des négociations exclusives avec les deux grands actionnaires
de l'entreprise
: l'ANPF (l'Association Nationale des Promoteurs du
faites-le-vous-même) qui en détient 42%, l'autre actionnaire étant la famille
Tabour avec 26% du capital. Les discussions devraient durer 3 mois avant de
passer entre les mains de l'autorité de la Concurrence.

A quoi ressemblera le secteur du bricolage si ce rachat a lieu ?

En devenant numéro 1 français, Kingfisher / Mr Bricolage se placerait devant Leroy-Merlin et Bricoman
(qui appartiennent tous les deux à la famille Mulliez, propriétaire des grandes
surfaces Auchan), ainsi que devant Bricorama , fondé et dirigé par Jean-Claude
Bourrelier. Le nouvel ensemble détiendrait au final 45% du secteur en France, un
marché estimé à quelque 20 milliards d'euros. Mr Bricolage, ce sont aujourd'hui
près de 810 points de ventes dans l'hexagone et une présence dans 10 autres
pays.

***Un nouveau cheval de bataille pour Jean-Claude

Bourrelier, le patron de Bricorama*

Il est remonté comme
une pendule. Il s'est d'ailleurs immédiatement élevé contre ce projet de rachat,
parlant d'un coup très dur pour le commerce de proximité avec le renforcement
d'un duopole susceptible de fausser le jeu de la concurrence. Une fois dans le
giron de Kingfisher, il est vrai que Mr Bricolage bénéficiera de la force de
frappe du géant de la distribution
britannique
.

De quoi motiver dans
la lutte l'autodidacte Bourrelier, qui n'a pour seul diplôme qu'un CAP de charcutier,
mais qui a réussi à bâtir un empire à partir d'un petit magasin de quartier.
Contraint de travailler dès l'âge de 14 ans pour raisons familiales, il
découvrira le monde du bricolage grâce à Black & Decker dont il fut
représentant.

***Concentration dans le

secteur : pourquoi le bricolage suscite tant d'intérêt aujourd'hui ?*

Le secteur se
consolide, les acteurs grossissent volontairement pour surmonter une période de
crise qui a fait plonger les programmes immobiliers l'an dernier (moins 1% à 25
milliards d'euros).

Sans être totalement
derrière nous, la crise s'estompe peu à peu et les français, après cinq années
difficiles, retrouvent le goût de la bricole à la maison. On fait du
"soi-même" pour améliorer son habitat à moindre coût. Aujourd'hui, chaque foyer français consacre, en moyenne, entre 800
et 900 euros par an au bricolage
.

Avant même d'acheter
Mr Bricolage, Kingfisher ambitionne déjà d'ouvrir une cinquantaine de magasins
en France d'ici 5 ans. Cet intérêt pour l'économie française est plutôt
encourageant du point de vue conjoncturel
. D'autant plus intéressant quand on
sait que Kingfischer est dirigé par un certain Daniel Bernard, ancien patron de
Carrefour. Il connaît très bien le terrain français et ce n'est pas le genre à
investir à la petite semaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.