Cet article date de plus de huit ans.

Marchés financiers : bilan 2013 positif. Mieux en 2014 ?

écouter (5min)
Les marchés financiers terminent 2013 sur un bilan nettement positif et les perspectives pour 2014 sont plutôt bonnes. Cela mérite quelques explications dans le contexte économique morose actuel.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Certains y verront un paradoxe, d'autres le scandale du grand capital profiteur du tradding de haute fréquence et de la finance folle, d'autres enfin préfèreront y voir un signe de reprise économique encourageant. A vrai dire, tout le monde a un peu raison et les superlatifs manquent pour qualifier l'année qui s'achève.
Côté américain, Wall Street termine 2013 au plus haut. C'est même un record. Sur 12 mois, l'indice Dow Jones des principales valeurs a pris 26% et le deuxième marché, le Nasdaq (plus grande place  mondiale des titres technologiques) a pour sa part gagné 38%. Le Japon a fait mieux : +57% sur l'année à la bourse de Tokyo... le meilleur cru depuis 40 ans. A Paris, le gain fut plus modeste : + 18% quand même pour le CAC 40.

Quels que soient les continents, les raisons de ces progressions sont identiques ?

De toute évidence, nous avons profité d'un bon vent d'ouest. La politique monétaire accommodante menée ces dernières années par la Réserve fédérale américaine : des taux d'intérêts proches de 0% et des injections massives de liquidités dans les entreprises et le secteur bancaire pour soutenir l'activité à bout de bras (85 milliards de dollars sortis chaque mois de la planche à billets). Tout cela a permis à l'économie américaine de confirmer son accélération au 3ème trimestre. Nous sommes dans le concret car les indicateurs sont désormais assez solides pour écarter toute croissance artificielle.
Ajouter à cela le Japon qui a suivi la même voie (taux d'intérêt zéro et sortie de la déflation). Le Premier ministre Shinzo Abbe, revenu au pouvoir il y a tout juste un an, a cassé les velléités de rigueur de son prédécesseur. Signal positif, encore faut-il qu'il tienne ses promesses.

L'Europe, et la France a fortiori, ont profité de ce contexte international

Les marchés ont également bénéficié des entrées en bourse, ces entreprises venues chercher des financements ou la sécurisation de leur capital. Cette année en France il y a eu Numéricâble, la FNAC, TARKET... bientôt ce sera au tour de SFR.
Après 2 années de baisse, le marché mondial des introductions a rebondi de près de 30% pour atteindre 118 milliards d'euros selon le cabinet Ernst and Young qui s'attend à ce que le phénomène s'amplifie en 2014.

Cela est de bon augure pour 2014

Disons que nous abordons cette nouvelle année avec sérénité mais en espérant un raffermissement de la reprise en Europe (ça va plus vite aux Etats-Unis mais la zone euro n'est pas en reste). Il faut y croire car :
1/ le contexte international est nettement moins tendu que les 2 ou 3 dernières années
2/ les banques centrales n'ont aucune raison de remonter leurs taux
3/ les bénéfices des grands groupes vont continuer de progresser (de 8 à 10% selon le consensus des économistes).
C'est vrai, ce n'est pas facile à entendre quand on est dans une situation économique personnelle difficile mais c'est la réalité. Il faut se dire - vivement espérer - que cela finira bien par se traduire de manière positive sur l'emploi... ce sont les vœux que nous devons formuler en ce 31 décembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.