Cet article date de plus de huit ans.

Patrick Besson ne dort pas là "où il y a des livres qui le dérangent"

écouter (5min)
Patrick Besson, romancier prolixe, chroniqueur dans de nombreux journaux (VSD, Le Figaro Magazine, Le point, Lui), sort ces jours-ci deux livres chez Fayard. Mes vieux papiers, un recueil ses articles entre 81 et 95 dans différents journaux et Premières séances : mon tour du monde du cinéma. Il s'agit de 438 critiques de films écrites entre 2000 et 2009. Un ouvrage très utile, pour qui veut se faire une filmothèque en Blu-ray.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Certains s'offusquent de ces livres reprenant des articles publiés. Mais pour Patrick Besson cela n'a rien de gênant. "C'était une mode très fréquente au 19e siècle. Tous les écrivains publiaient leurs articles après les avoir faits pour les journaux. Ce n'est pas une question d'argent. "

La télévision

Patrick Besson a des avis tranchés. Il s'en prend (avec un peu de jalousie) aux auteurs médiatiques qui ont été d'anciens professeurs : "Ils ont l'habitude de parler à des gens qui ne les écoutent pas, alors que les écrivains ont l'habitude de ne pas parler à des gens qui les écoutent. Ils savent placer leur voix, et leur marchandise. "

"Quand on a passé 10 ans dans l'éducation nationale a essayé de faire comprendre une fable de la Fontaine à des gens qui s'en foutent complètement quand vous arrivez sur un plateau de télé vous êtes prêts. Le métier de prof apprend à parler à ceux qui ne vous écoutent pas. "

Il n'a pas eu une carrière télé très développée, alors qu'il a la dent dure, qu'il n'a pas peur de se fâcher, tout cela par manque d'envie, de temps. "Il y a un danger dans la télévision pour celui qui apparaît que je n'arrive pas à nommer. "

Le cinéma

Patrick Besson n'est pas un critique de cinéma professionnel. Il choisissait les films qu'il allait voir en fonction des acteurs, de ce qu'il savait de l'auteur, mais pas en fonction du papier qu'il pouvait faire. "Le film est toujours plus important que le papier que l'on va faire dessus. "

Le cinéma est un peu une passion pour Patrick Besson. "Quand j'ai arrêté de faire de la critique de cinéma pendant trois ans, j'ai continué à aller au cinéma. J'ai commencé à aller au cinéma avec mon père. Tous les dimanches il nous emmenait dans une salle, et j'ai continué après sa mort. "

Concernant Le péril jeune il écrit : "Cédric Klapisch raconte une histoire qui n'a aucun intérêt, c'est plutôt bien. Les histoires ne doivent jamais avoir d'intérêt : ce ne sont pas des placements boursiers. "

"Ce qui est énervant dans un film c'est quand on voit que le scénariste a fait progresser son histoire selon les règles admises par toutes les écoles d'écriture. Alors que dans notre vie rien ne se passe comme cela. J'aime les cinéastes qui sont capables, sans faire de drame, de raconter ce que l'on vit mais que cela soit vécu par quelqu'un d'autres. "

Les livres

Patrick Besson déclare qu'il pourrait quitter une femme à cause des livres qu'elle a dans sa chambre. "Il ne faut jamais de livres dans une chambre. Dans une chambre, il ne faut ni télé, ni livre, il ne faut rien, que le lit. "

"Pour moi, les livres sont la chose la plus importante sur terre donc je ne peux pas dormir dans un endroit où il y a des livres qui me dérangent. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.