Tout et son contraire, France info

Luc Barruet : "Un jour on m’a dit : 'Quand tu seras homo ou séropo, tu pourras ouvrir ta gueule' "

Luc Barruet est le fondateur de Solidarité Sida. Il est l’invité de Philippe Vandel dans Tout et son contraire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Luc Barruet, fondateur et président de la fondation Solidarité sida, créateur du festival Solidays
Luc Barruet, fondateur et président de la fondation Solidarité sida, créateur du festival Solidays (BERTRAND GUAY / AFP)

Infatigable militant de la lutte anti-sida, Luc Barruet a créé "La Nuit du Zapping", mais surtout le festival Solidays qui se tiendra ce week-end sur l’hippodrome de Longchamp pour sa 19e édition.

Financer des programmes de prévention

Au programme de ces trois jours : 80 concerts avec M, Archive, Prodigy, La Femme, Toots and the Maytals, Imany, Electro Deluxe, etc… Il n’y a pas que de la musique à Solidays : on pourra aussi y rencontrer une centaine de stands d'associations. Les gains du festival servent à financer des programmes de prévention et d'aide aux malades en France et hors de France.

Lorsqu'il était président de la République, François Hollande était venu à Solidays : peut-être qu'Emmanuel Macron, lui aussi, s'y rendra ? C'est ce qu'espère Luc Barruet : "Je suis un utopiste et un pragmatique donc à un moment, je considère que si le président Macron, alors qu’il a une nouvelle majorité, qu'il a plein de choses à gérer dans son agenda, peut passer au salon du Bourget, j’aimerais que cela soit aussi incontournable de passer à Longchamp [où se déroule Solidays] !"

Luc Barruet n'est lui-même pas atteint de la maladie

Engagé auprès des malades, Luc Barruet n'est lui-même pas atteint de la maladie. Un état de fait perçu avec plus ou moins de bienveillance par les dirigeants de plusieurs association, au début de Solidarité Sida. "Un jour on m’a dit 'Quand tu seras homo ou séropo, tu pourras ouvrir ta gueule' […] Quand on était hétéro, on n’était pas légitime mais ce n’est pas grave … Ça s’est aplani depuis", raconte-t-il.

Luc Barruet a connu des débuts difficiles pour faire connaitre son association. En 1993, il a fait le siège téléphonique d'Antoine de Caunes pendant un mois, en l'appelant tous les jours, sans jamais être rappelé. Puis il eut l'idée de se faire passer pour un livreur de fleurs : la sécu le laisse monter, et il débarque dans le bureau d'Antoine de Caunes avec un énorme bouquet. A cette époque, il vit avec sa mère dans une loge de gardien d’immeuble du XVIIe. "Solidarité Sida n'aurait jamais existé si ma maman avait connu plus de bonheur", assure-t-il aujourd'hui.

"J'étais un môme très difficile"

En maternelle, Luc Barruet était déjà un chef de bande. Puis, ado, au collège, il devient très bagarreur et se bat quasiment tous les jours pour défendre les plus petits ou ceux qui se faisaient racketter. "La vie de ma maman a été tellement difficile que si les frères Dardenne en faisaient un film, ce serait le plus noir de leur filmographie. Je n'ai d'ailleurs pas arrangé les choses : j’étais un môme très difficile. J’ai joué mon rôle de manière active dans le fait qu’elle n’ait pas une belle vie. […] Je pense que Solidarité Sida m’a aidé à faire en sorte que ma maman soit fière de moi", explique-t-il.

Luc Barruet, fondateur et président de la fondation Solidarité sida, créateur du festival Solidays
Luc Barruet, fondateur et président de la fondation Solidarité sida, créateur du festival Solidays (BERTRAND GUAY / AFP)