Cet article date de plus de huit ans.

Guillaume Canet : " Je me suis rendu compte que je ne faisais pas le travail d'acteur "

écouter
Guillaume Canet, comédien, césar du meilleur espoir masculin avec En plein cœur, mais aussi réalisateur : Mon Idole, Ne le dis à personne, pour lequel il a obtenu le César du meilleur réalisateur. Sa 4e réalisation, Blood Ties, un film américain, est en ce moment en salle.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Guillaume Canet a tourné son dernier film à New York avec
des comédiens américains : Clive Owen et James Caan.  Un tournage
éprouvant car si l'on dit que les syndicats français sont tatillons, limite
soviétiques, aux USA c'est 10 fois pire.

Exemple : si on engage un technicien français, les syndicats
du cinéma vous obligent à engager un technicien américain en plus, qui ne fait
rien sur le plateau, mais qui est payé au même prix. Il y a aussi des règles
très strictes d'étiquette.

Le réalisateur ne doit pas parler aux figurants. "Si
je parle à un figurant, il devient comédien, donc il faut le parler un salaire
de comédien. C'est au premier assistant de leur parler. J'ai un figurant devant
moi et je dois parler au premier assistant qui va répéter au figurant ce qu'il
vient d'entendre.
"

L'équitation

La carrière cinématographique de Guillaume Canet débute par
une malchance. Alors qu'il était un grand cavalier, il était en équipe de
France de Saut d'obstacle, et qu'on lui prédit un avenir de champion, il est
victime d'un terrible accident de cheval en sautant un obstacle. Après s'être
fait opéré il se remet en question et se tourne vers le théâtre et le cinéma
qui le passionnaient depuis longtemps.

Après avoir arrêté de monter à cheval pendant 20 ans, Guillaume
Canet a recommencé et participe à nouveau à des compétitions. "J'avais
envie de tourner le dos à cela. J'ai eu un blocage total et quand je m'y suis
remis pour le film
Jappeloup le manque a été une évidence. "

Le métier d'acteur

Après avoir tourné Vidocq, Guillaume Canet a disparu pendant
un an mais pas parce qu'il refusait de faire des choses. "C'est eux qui ne
m'appelaient pas. Mais je peux le comprendre, tellement j'étais mauvais dans
Vidocq. Ce film a été une vérité. A la base je ne voulais pas être comédien
mais metteur en scène. C'est quand j'ai décidé de faire mon film que je me
suis rendu compte que je ne faisais absolument pas le travail, en tant qu'acteur,
que je demandais aux acteurs que j'employais. C'est comme cela que j'ai pris goût
au métier d'acteur.
"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.