Tout et son contraire, France info

Éric et Quentin : "On ne se prend pas pour des comédiens"

On retrouve le duo comique Éric et Quentin tous les soirs dans l’émission Quotidien avec Yann Barthès, sur TMC, avec notamment "La story d’Éric et Quentin". Ils sont les invités de Philippe Vandel dans Tout et son contraire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Éric Metzger et Quentin Margot sortent aujourd’hui leur premier film au cinéma, Bad Buzz, réalisé par Stéphane Kazandjian, dans lequels ils jouent les deux personnages principaux. Le film raconte l’histoire d’un duo comique victime d’un bad buzz causé par une photo étrangement cadrée et reprise sur les réseaux sociaux, qui les fait passer pour des nazis zoophiles. Les deux compères ont 48 heures pour trouver une solution et faire un bon buzz pour faire oublier le mauvais...

À leurs côtés, deux frères trisomiques

Éric et Quentin sont confrontés à deux personnages qu'on ne voit jamais au cinéma, sauf dans les drames : deux frères, deux enfants trisomiques. Avant de les faire jouer, Éric et Quentin ont mûrement réfléchi leur décision de les mettre à l’écran. "On a tenté le coup et on s’est rendus compte avec le producteur que cela fonctionnait […] On tient à préciser qu’ils font de la comédie depuis 10 ans..." 

Si Quentin, lui, a fait une école de journalisme avec pour ambition ultime de devenir "titreur à Libération" "pour faire les titres avec deux de mots"Éric, lui, à l'origine, n'avait aucune envie de faire de la télévision. Ils ne sont d'ailleurs pas comédiens de formation et, de leur propre aveu, c'est probablement pour cette raison qu'ils en rajoutent un peu... "On ne se prend pas pour des comédiens. […] En sur-interprétant c’est plus simple. On a toujours assumé le raté, on a même construit notre carrière là-dessus..."

Lancé par Yann Barthès et son producteur

Avant d’apparaitre à l’écran, Éric et Quentin ont écrit pour le SAV Omar et Fred : c’est là qu’ils se rencontrent avant de postuler pour l’émission de Yann Barthès. C’est ce dernier et son producteur qui les pousseront par la suite à réaliser des sketches. "Au début on avait de la pudeur. On n'osait pas trop, parce qu’on ne voulait pas se mettre en avant. On aimait l’ombre. On a commencé comme auteur et on aimait ça !"

(LIONEL BONAVENTURE / AFP)