Tout comprendre, France info

Parler de la violence à nos enfants

Chaque jour l'actualité apporte son lot d'accidents, de morts, de tragédies... Comment parler de la violence à nos enfants ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Il ne faut pas cacher la violence, mais être à l'écoute de ce que son enfant ressent en la voyant, estime la psychanalyste Monique de Kermadec © Fotolia)

 Nous vivons dans un monde violent et il est parfois difficile d'expliquer des évènements tragiques à nos enfants. Comment trouver les mots appropriés ou satisfaisants ? Peut-on protéger son enfant en ne parlant pas de la violence qui existe dans le monde ?

Adapter son discours à l'âge de l'enfant

Monique de Kermadec, psychologue et psychanalyste (auteur du livre "Pour que mon enfant réussisse" aux éditions Albin Michel) recommande de ne pas fermer les yeux : "les sujets que certains parents évitent seront de toute façon abordés entre enfants dans la cour de récré. Il est important que les parents puissent parler de cette violence avec leurs enfants. Evidemment, on adaptera alors son discours en fonction de l'âge : cela peut être une information très brève délivrée aux plus petits ou bien une longue discussion avec un adolescent ".

En résumé, ne surprotégez pas l'enfant. Encouragez-les questions. Ne minimisez pas la violence mais aidez l'enfant à exprimer ses peurs et ses angoisses. Et ne laissez pas s'installer la confusion possible entre la violence dans la vie réelle et la violence dans les films ou les jeux vidéos.

(Il ne faut pas cacher la violence, mais être à l'écoute de ce que son enfant ressent en la voyant, estime la psychanalyste Monique de Kermadec © Fotolia)