Cet article date de plus de neuf ans.

"Folle journée" de Nantes, "Folle nuit" de Paris

écouter
Brin de folie à Gaveau, Paris a maintenant sa "folle nuit". Un festival de musique qui allie haut niveau artistique et tarifs abordables.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Nantes, les Pays de Loire, Tokyo, Rio, Bilbao... ont leur "Folle journée".  Paris a maintenant sa "Folle nuit". Une appellation à ne pas prendre au pied de la lettre. Cette "Folle nuit", Salle Gaveau, a commencé hier soir à 19h avec Jean-Claude Pennetier et le Quatuor Modigliani.

Elle se poursuivra jusqu'à demain soir. La place coûte 10 euros et les artistes sont de premier plan. Ce soir, le clarinettiste Romain Guyot, le pianiste Florent Boffard et le Quatuor Sine Nomine puis le grand Abdel Rahman El Bacha dans les 3 dernières sonates de Beethoven. Florent Boffard que le public entendra aussi dans un programme qui propose Schoenberg et Bach.

"La Folle nuit" à Gaveau a également invité, demain, le jeune David Kadouch dans un programme russe et l'irremplaçable Anne Queffélec pour Eric Satie et des compositeurs beaucoup moins connus, comme Gabriel Dupont.

ProQuartet choisi aussi la formule du mini-festival, demain et lundi, au Théâtre des Bouffes du nord: "La voix et le quatuor". Demain à 14h30, une Master class de la chanteuse Julian Banse et un concert de jeunes talents à 17h. Lundi à 20h30, Juliane Banse et le Quatuor Voce créeront une partition de Graciane Finzi. La Cité de la Musique, elle, célèbre les 30 ans du Quatuor Hagen qui donnent, aujourd'hui et demain, trois concerts Beethoven.

Une maison en pain d'épices, une sorcière et deux enfants égarés dans la forêt. 110 ans après sa création, "Hänsel und Gretel" d'Engelbert Humperdinck entrera demain au répertoire de l'Opéra de Paris. Représentations jusqu'au 6 mai au Palais Garnier.

Montserrat Caballe a eu 80 ans hier. Le double CD anthologique que publie Decca reflète imparfaitement la carrière de la soprano espagnole.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.