Cet article date de plus d'onze ans.

Chopin, éternel et rassembleur

Chopin reste une valeur sûre et un rassembleur. Pour preuve, le Festival de Nohant et celui Chopin à Paris. Mais également un grand festival, celui de Versailles, avec l'éblouissante Cécilia Bartoli sur des airs de castrats.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (©)

Le Festival des Forêts, en Picardie, c'est un joli nom. Il a lieu jusqu'au 15 juillet. Jeudi 28 juin, au Château de Pierrefonds, l'Orchestre de Picardie et le trompettiste David Guerrier interpréteront Mendelssohn, Chostakovitch, Sallinen et Beethoven, la Symphonie Pastorale . La jeune école française brillera également de tous ses feux, demain, en Touraine, à la Grange de Meslay. Programme Bartok, à 11h avec, notamment, les pianistes Neuberger et Chamayou.

Chopin reste un "rassembleur". Au Festival de Nohant (chez George Sand) avec, demain, deux concerts à 11h et 16h30. Les pianistes n'y jouent pas que Chopin : Liszt, Schubert, Mozart et Schumann. A l'Orangerie de Bagatelle, le festival s'intitule Chopin à Paris. Jeudi 28, François Chaplin ajoutera à son programme Chopin, Scriabine et Haydn. Au Festival d' Auvers-sur-Oise, qui se prolongera jusqu'au 6 juillet, le compositeur Thierry Escaich donnera sa Leçon de musique au Théâtre 95 de Cergy-Pontoise, jeudi 28.

Le Château de Versailles aligne, jusqu'au 13 juillet, un générique exceptionnel pour son Triomphe de Haendel. Cécilia Bartoli, dans des airs époustouflants pour castrats, le 27 à l'Opéra royal. Il y aura aussi, deux fois, l'oratorio Israël en Égypte , à la Chapelle royale, demain à 18h30 et lundi à 20h30.

Plus intime, au Château d'Hardelot dans le Pas-de-Calais, le Midsummer Festival s'achèvera, demain à 20h30, avec un concert Haendel, parsemé de joyaux, dirigé par Robert King.

Mais la "saison" traditionnelle continue. Au Capitole de Toulouse avec Tannhauser de Wagner, jusqu'au 29 juin. Avec L'Amour des 3 Oranges de Prokofiev, à l'Opéra Bastille, jusqu'au 13 juillet. Avec deux stars, le pianiste Nicolaï Luganski et le chef Esa-Pekka Salonen au TCE à Paris, lundi, dans Bartok. Au Festival de Saint-Denis, où John Eliot Gardiner dirigera le Requiem de Berlioz avec l'ONF et le Chœur de RF, les 28 et 30 juin. Une œuvre aux dimensions de la basilique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.