Cet article date de plus de six ans.

La chemise de la discorde

écouter (3min)
Une chemise, la chemise edelweiss, comme la plante de montagne, représente en Suisse un véritable marqueur identitaire, culturel, voire patriotique. Elle servirait aussi à certains élèves à marquer leur défiance ou leur rejet de l'immigration. C'est pour cette raison qu'un professeur s'est insurgé que dix de ses élèves aient porté, tous ensemble, ces chemises emblématiques.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ce matin, l'autre info est en Suisse


Plusieurs médias suisse mettent en avant une histoire de chemise particulièrement intéressante…

Dix élèves d’une école secondaire de Gossau, une commune du canton de Saint-Gall, sont arrivés en classe ce vendredi vêtus d’une chemise edelweiss. C’est une chemise typiquement suisse avec la fameuse fleur d’edelweiss cousue dessus. Produite en Suisse alémanique, elle est un symbole du monde agricole. Des personnalités les ont portées fièrement sur des affiches en Suisse pour affirmer leur amour des produits du terroir. Mais à l’école, cette tenue a fortement déplu à un enseignant…

Une chemise accusée d'être un vecteur de discriminations

Ce professeur a estimé que la chemise edelweiss véhiculait des idées «racistes et xénophobes». Il faut dire que les dix élèves n’ont pas seulement décidé de mettre ces chemises. Ils ont aussi entonné des chants patriotiques pour afficher leur fierté d’être Suisse. Une attitude de réaction à la suite de tensions avec d’autres élèves, originaires des Balkans. Du coup le directeur de l’école a estimé que si les fameuses chemises edelweiss ne violaient pas le code vestimentaire de l’établissement, l'attitude des élèves était malgré tout répréhensible.

Selon lui lorsque dix élèves décident de porter la même chemise en même temps, ils envoient un message. Il est vrai qu’une polémique avait déjà eu lieu en mars dans un établissement scolaire de Willisau, dans le canton de Lucerne, suite à une  altercation entre élèves suisses et albanais. Le port de la fameuse chemise avait alors été interdit avant que l’école ne fasse machine arrière. Par ailleurs, certains candidats de l’UDC, un parti conservateur et nationaliste, arborent ces chemises sur des affiches électorales ou dans des réunions du parti. Bref, la chemise edelweiss est un marqueur politique et identitaire mais également un signe de défiance à l’égard des élèves issus de l’immigration.

J’ai beau chercher je ne vois pas d’équivalent en France d’une tenue ou d’un habit traditionnel français jouant le même rôle. Le béret ? Mais je ne doute pas que nos auditeurs vont trouver. D’ici là, je conseille à ces élèves suisses cette pensée du grand peintre Francis-Marie Martinez de Picabia : "Si vous voulez avoir les idées propres, changez-en comme de chemises !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.