Sous les projecteurs, France info

Sous les projecteurs. Jérémie Rénier dans la peau de jumeaux que tout oppose pour François Ozon

 "L'amant double", de François Ozon est projeté au festival de Cannes ce vendredi. Aux côtés de Marine Vacth, on retrouve un habitué de la Croisette. Jérémie Rénier est "Sous Les Projecteurs". 

Jérémie Rénier, vedette de l\'Amant double, un film de François Ozon présenté en compétition au festival de Cannes. 
Jérémie Rénier, vedette de l'Amant double, un film de François Ozon présenté en compétition au festival de Cannes.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Ils sont rares ces rôles, pour un acteur, où l’occasion leur est donnée d’incarner un personnage et son miroir. C’est le cas pour Jérémie Rénier dans L’amant double réalisé par François Ozon et projeté en compétition officielle, vendredi 26 mai, au festival de Cannes. Il est Paul mais aussi Louis, deux jumeaux que tout oppose, face à Marine Vacth, tous en proie à des fantasmes et des jeux pervers et psychologiques. "Moi j'ai travaillé comme si je faisais deux films sur le même sujet avec des personnages différents qui ont des caractères différents et qui évoluent sur des lignes différentes qui s'entrechoquent" explique Jérémie Rénier.  

 

"Pour moi, l'amant double c'est un thriller comme David Fincher ajoute l'acteur. On est pris par la main, par le metteur en scène, par sa vision, par son univers. On traverse ça et on est bousculés, on a l'impression de comprendre mais, en fait, on ne comprend pas du tout donc on perd le sens de la réalité." 

Le troisième film avec François Ozon 

Après Les amants criminels et Potiche, c’est la troisième collaboration de Jérémie Rénier avec François Ozon. À chaque fois, il a interprété des rôles très différents qui témoignent d’une belle relation de confiance entre l’acteur et son réalisateur.  Une relation construite autour d’univers forts, reconnus, comme celui des frères Dardenne. Cinq films au compteur, dont L’enfant, récompensé par la Palme d’Or en 2005. "Dans les films des frères Dardenne, on n'est pas surpris parce qu'ils ont une continuité dans leur travail, c'est toute une oeuvre comme un artiste qui d'un coup va faire du cubisme" précise Jérémie Rénier. Et il ajoute : "François Ozon est quelqu'un de différent qui va avoir envie de faire une oeuvre différente à chaque fois." 

La filmographie de Jérémie Rénier est impressionnante et sa diversité interpelle. De la comédie au suspense, Jérémie Rénier a une palette intéressante, comme il l’avait prouvé dans Cloclo.  L’acteur belge ne donne pas l’impression de connaître le contre-emploi. On a l’impression qu’il peut tout jouer, mais lui n’est pourtant pas forcément d’accord. "Je ne pense pas être capable de tout jouer explique Jérémie Rénier.  Au contraire, il y a des choses dans lesquelles je suis plus à l'aise, d'autres où c'est moins confortable mais c'est vrai que j'ai toujours voulu essayer des choses différentes." 

Finalement, Jérémie Rénier conçoit son métier comme ce qui devrait en être à la base : offrir son visage, son jeu et ses réactions, entièrement disponible pour incarner à l’écran la vision d’un réalisateur. Le principe simplissime et éternel du cinéma. 

Jérémie Rénier, vedette de l\'Amant double, un film de François Ozon présenté en compétition au festival de Cannes. 
Jérémie Rénier, vedette de l'Amant double, un film de François Ozon présenté en compétition au festival de Cannes.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)