Question d'immobilier, France info

Garder le logement au frais pendant l’été

La France a connu en juillet un fort épisode de canicule qui risque de se répéter. Comment peut-on protéger son logement contre la chaleur ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Une maison à Marseille ayant bénéficié d'une conception bioclimatique © MaxPPP)

A quelques mois de la conférence internationale de Paris sur les changements climatiques (la COP21), les scientifiques nous prédisent un réchauffement de 4°sur le siècle à venir. La France a connu en juillet un fort épisode de canicule qui risque de se répéter. Les conseils de Charlie Cailloux, juriste pour le site d’annonces immobilières  PAP.fr, pour protéger son logement contre la chaleur.

Il faut y penser dès la conception du logement !

Avant même de donner le premier coup de pioche ! Il s’agit de réfléchir la construction pour qu’elle soit en en parfaite adéquation avec l’environnement. C’est ce que l’on appelle, la conception bioclimatique de la maison.

En réalité, ce sont bien souvent des règles de bon sens. Dans les régions chaudes, il existe depuis des siècles une tradition de construction et d’agencement des pièces qui permette de garder la maison fraîche l’été. Aujourd’hui, ces règles ont été intégrées à la RT2012 (la norme de construction en vigueur).  

Quelles sont les solutions pour les logements existants ?

Ne nous jetons pas sur la climatisation ! C’est le conseil que donne l’Agence de l’environnement et de l’économie de l’énergie (Ademe) qui suggère d’autres solutions, plus économes en électricité. Par exemple, il faut protéger les fenêtres. Pour un store banne, qui protégera la terrasse et les fenêtres, il faut compter entre 1.000 et 3.000 euros sans l’installation.

On peut également préserver l’inertie thermique, en améliorant l’isolation par l’extérieur lors du ravalement ou en isolant le toit. Vous en retirerez un plus grand confort en été et en hiver. Il faut également jouer avec les couleurs : pour les stores, les volets, les façades, préférez les couleurs claires qui réfléchissent davantage lumière et chaleur.

La climatisation reste-t-elle une solution ?

Oui, mais c’est une solution moins écologique car elle est consommatrice en énergie. La gamme est très large, du simple appareil mobile qui coûte de 350 et 5.000 euros, au système centralisé (une pompe à chaleur qui peut alimenter un plancher rafraîchissant ou un ventilo-convecteur. Il faudra alors compter de 6 à 20.000 euros.

Retrouvez tous les conseils pour garder votre logement au frais (même les astuces de grand-mère) sur le site internet de l’Ademe.

(Une maison à Marseille ayant bénéficié d'une conception bioclimatique © MaxPPP)