Cet article date de plus de dix ans.

Un engagement solidaire peut-il remplacer une classe prépa ?

écouter
Martin Hirsch, président de l’Agence du Service Civique, lance un appel aux grandes écoles et aux universités afin qu'elles accueillent des jeunes issus du service civique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Pour en savoir plus :

  • l'appel de Martin Hirsch :

"Je m’adresse à vous, responsables de l’enseignement supérieur, car vous
pouvez contribuer à faire émerger une nouvelle forme d’excellence.

L’Institut du service civique est une réponse neuve à une vieille
question : peut-on véritablement valoriser l’engagement, détecter
l’excellence dans des parcours peu classiques ? Nous avons imaginé
l’institut pour cela. Une grande école ou une université dont la classe
préparatoire serait l’engagement, et dont les lauréats seraient ceux qui,
indépendamment de leur parcours scolaire, auraient montré pendant cette période
d’engagement des aptitudes particulières à exercer des responsabilités, à se
former, à mener à bien des projets originaux... lire la suite sur educpros.fr"

Le service civique offre la possibilité à tous les jeunes de 16 à 25 ans, quelque soit leur âge, leur niveau de qualification ou leur parcours, de s'engager 6 à 12 mois au sein d'une association ou d'une collectivité publique sur une mission d'intérêt général.

  • 23% des jeunes en mission ont un niveau inférieur au bac, 36% un niveau bac et 41% un niveau supérieur au
    bac.
    -17% des volontaires habitent les quartiers de la politique de la ville
  • Les jeunes ultramarins sont très bien représentés avec 10% des jeunes en mission.
  • 74 % des missions sont réalisées au sein d’associations, 12 % au sein des collectivités territoriales (14% environ au sein d’établissements publics comme l’Office national des forêts, ou dans les services de l’Etat comme la police, la gendarmerie ou la protection judiciaire de la jeunesse).


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.