Cet article date de plus de huit ans.

Spécial "écoles mythiques" : le lycée expérimental de Saint-Nazaire

écouter (15min)
Comment un établissement scolaire ou universitaire trace-t-il une voie singulière dans l'histoire ? Pourquoi parvient-il plus que d'autres à imposer sa réputation ? Ce jeudi, retour à Saint-Nazaire, où se crée en 1981 un lycée pas comme les autres qui, aujourd'hui encore, incarne le rêve de toute une génération. Il a été créé à l'initiative de Gabriel Cohn-Bendit.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Pour en savoir plus :

  • le site du lycée expérimental de St Nazaire

  • La lettre fondatrice de Gabriel Cohn-Bendit à Alain Savary, en 1981 : "Les élections législatives sont désormais gagnées par la gauche.
    Alors, que va-t-il se passer pour la rentrée 81-82 ? Syndicats,
    associations de parents d'élèves vont être reçus. Ils mettront en avant
    leurs revendications prioritaires... Alors, permets-moi, camarade
    ministre, moi, qui ne suis responsable que de moi-même et ne parle qu'en
    mon nom, de poser un problème qui me semble tout aussi prioritaire,
    tout aussi urgent : celui de tous ces jeunes qui aujourd'hui ne
    supportent absolument plus le système scolaire tel qu'il est et tel
    qu'il sera à la rentrée, même avec vingt-cinq élèves par classe ! Il
    faut prendre conscience de la profondeur et de la gravité du divorce qui
    existe entre certains jeunes et l'école. Je ne parle ici que du second
    degré où j'enseigne, mais des problèmes analogues se posent dans le
    primaire ou dans le technique dont d'autres que moi, plus qualifiés,
    parleront je l'espère. Je ne crois pas que le corps enseignant dans sa
    grande majorité (de gauche, bien sûr...) soit capable d'assurer demain ce
    qu'il n'a pas été capable d'assumer hier. Car ces jeunes sont
    effectivement insupportables pour le système scolaire actuel. Mais il
    existe des enseignants, et j'en suis, qui ne supportent pas le système
    scolaire tel qu'il est."
    Lire la suite sur le site de Libération.*

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.