Cet article date de plus de dix ans.

Enseignement pro : l'impossible revalorisation ?

écouter (5min)
Un bachelier sur trois est aujourd'hui un bachelier professionnel. Mais cette voie créé en 1985 a-t-elle réellement permis de démocratiser l'école ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Pas encore, selon le sociologue Ugo Palheta, qui publie aux Presses universitaires de France un ouvrage intitulé La domination scolaire.

Présentation du livre par l'éditeur :

"Le système éducatif a connu des transformations très profondes ces
trente dernières années, en lien notamment avec les politiques visant à
mener 80 % d'une classe d'âge au niveau du baccalauréat mais aussi avec
les transformations du système productif. Les promesses de
démocratisation scolaire ont fait long feu. Non seulement la majorité
des enfants appartenant aux classes populaires continue d'être orientée,
au sortir du collège, vers l'enseignement professionnel, mais ces
réformes n'ont en rien remis en cause la division entre filières
générales et professionnelles, renforçant au contraire la domination
symbolique des premières sur les secondes.
L'enseignement
professionnel constitue ainsi un cas privilégié pour étudier l'évolution
de l'emprise des hiérarchies scolaires, ainsi que les modalités selon
lesquelles les jeunes d'origine populaire s'approprient leurs destins
scolaires et sociaux. Comment s'opèrent leur orientation scolaire et
leur socialisation aux rôles subalternes qu'ils seront amenés à jouer
dans la division sociale du travail ? Comment s'y prennent-ils pour
aménager leur condition présente ? Quels clivages internes aux classes
populaires l'étude de l'enseignement professionnel permet-elle de
révéler ?"

Présentation de l'auteur :

Ugo Palheta est maître de conférences à l'université Lille 3, docteur en
sociologie de l'Institut d'études politiques de Paris, chercheur
associé au Groupe de recherches et d'études sociologiques du
Centre-Ouest (université de Poitiers) et à l'Observatoire sociologique
du changement (CNRS/Sciences Po Paris).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.