Cet article date de plus de neuf ans.

Projet de loi de finances et impôts

écouter (5min)
Jean-Yves voudrait faire le point sur le projet de loi de finances qui a été présenté hier. Bien sûr, tant que le Parlement n'a pas voté et éventuellement amendé certaines dispositions, rien n'est définitif et des changements pourront apparaître à la marge. Plus précisément, Jean-Yves voudrait faire le point sur le barème de l'impôt sur le revenu, les tranches et les niches fiscales.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 Le gel du barème de l'impôt
qui consiste à ne pas tenir compte de l'inflation est en soi un supplément d'impôt tout comme
la fiscalisation des heures supplémentaires et les prélèvements sociaux sur
l'intéressement et la participation. Une nouvelle tranche d'impôt est créée au
taux de 45% à partir de 150 000 euros de revenus par part. Et puis il y a
la tranche à 75% qui concerne assez peu de contribuables.

 Coté finances, les épargnants
sont aussi appelés à contribution. Les prélèvements forfaitaires  sur les placements, 19% sur les valeurs
mobilières, 21% sur les dividendes  et
24% sur les livrets bancaires sont abandonnés au profit du barème progressif de
l'impôt sur le revenu.

 Et les niches
fiscales ?

 Elles seront plafonnées à
10 000 euros par foyer fiscal. Mais il y a deux niches fiscales qui ne
seront pas plafonnées. La loi Malraux est épargnée.

 En quoi
consiste-t-elle ?

 On achète un bien immobilier
qui présente un caractère architectural ou historique et on le rénove. Les
travaux de rénovation seront imputables sur les impôts du propriétaire. Ce qui
constitue un très beau cadeau fiscal pour les familles aisées. Autre niche
épargnée, les investissements dans les départements d'Outre mer  malgré les critiques de la Cour des comptes
et le coût très élevé pour les finances
publiques de ce dispositif.

 

 Benoist veut savoir
quand le plafond du Livret A sera augmenté et quelles sont les règles à
respecter pour espérer disposer du maximum d'intérêt.

 A partir de lundi prochain,
le relèvement su plafond du Livret A mais aussi celui du LDD- le Livret de
développement durable (ex CODEVI) sera relevé. Il passera à 19 125 euros
pour le Livret A  au lieu aujourd'hui de
15 300 euros et de 12 000 euros pour le LDD au lieu de 6 000 euros.

 Et pour optimiser les
intérêts sur un Livret A et un LDD
 ?

 Il faut respecter la règle
des quinzaines. Pour produire des intérêts il faut laisser une somme sur son
Livret pendant 15 jours civils entiers.

 Un exemple ?

 Pour un dépôt effectué entre
le 1er et le 15 du mois, les intérêts ne sont calculés qu'à partir
du 16 du même mois. Un dépôt effectué entre le 16 et dernier jour du mois  ne produit d'intérêt qu'à compter  du premier jour du mois suivant.

 Et pour les
retraits ?

 Pour un retrait entre le 1er
et le 15 du mois, les intérêts sur les sommes retirées  ne seront calculés que jusqu'au dernier jour
du mois précédent. Et pour un retrait 
fait entre le 16 et le dernier jour du mois, le décompte des intérêts
est arrêté le 15 du mois.

 Ce qui signifie qu'une somme
placée à cheval sur deux quinzaines ne rapportera pas d'intérêt.

 

 Jean veut prendre une
année sabbatique pour faire le Tour du monde dans 10 ans... Il prendra sa
retraite à ce moment là. Il voudrait savoir combien il doit épargner chaque
mois pour accumuler un capital de 100 000 euros. Car 100 000 euros
c'est ce dont il aura besoin pour vivre une année...

 Tout dépend du rendement.
Alors soyons raisonnable. Prenons deux hypothèses. Un rendement de 3% et un
rendement de 4% nets de frais et d'impôt...

 Avec un rendement de
3% ?

 Il faut que Jean mette de
coté 806 euros chaque mois pendant 10 ans pour accumuler 100 000 euros de
capital.

 Et avec un rendement de
4% ?

 Jean doit mettre 768 euros de
coté chaque mois.

 

 Luc veut savoir comment
estimer la valeur d'une action pour savoir à quel moment il faut acheter.

 Il existe le fameux ratio
financier que l'on appelle le PER -de l'anglais PRICE / EARNING  RATIO- qui est un multiple de la
capitalisation des bénéfices.

 Et comment le calcule-
t-on ?

 En divisant le cours par le bénéfice par action.

 Un exemple ?

 Une action cote par exemple 50 euros pour un
bénéfice par action de 2 euros 50, elle aura don un PER de 20. Ce qui signifie
qu'elle capitalise 20 fois son bénéfice.

 Et que peut-on en
déduire ?

 Un PER élevé témoigne d'une "surcote" ou que le marché anticipe une forte
croissance du bénéfice par action de l'entreprise. Le PER permet de comparer
les valeurs des sociétés d'un même secteur et de savoir si une action est bon
marché ou si au contraire on risque de la payer chère par rapport à son
potentiel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.