Question d'argent, France info

La pierre, un placement d'avenir

Jean-Yves veut investir dans l'immobilier. Il se demande s'il existe vraiment un marché de la pierre. Autrement dit si la pierre reste, malgré les prix élevés d'aujourd'hui, un placement d'avenir...

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

La France doit construire 470.000 logements de 2010 à 2020 pour
satisfaire la demande.

Notre pays a pris du retard en matière de construction. Si le parc immobilier s'est amélioré en
qualité, on a toujours autant de mal à se loger. La demande reste insatisfaite
car le mode de vie de nos concitoyens a
véritablement changé. Quelques exemples. Les séniors vivent plus longtemps et
sont plus mobiles, les familles sont 
souvent éclatées à la suite de divorce et  les délocalisations d'entreprises
redistribuent la donne en matière de besoins de logement et de plus en plus
d'étudiants étrangers viennent faire leurs études dans l'Hexagone.

Tous ces bouleversements se traduisent par un besoin
supplémentaire de 85.000 logements pour satisfaire les nouvelles familles
monoparentales, les célibataires et les plus de 85 ans dont le nombre ne cesse
de s'accroître.

Donc, oui pour répondre à Jean-Yves, il existe une vraie
demande locative. Mais attention, elle n'est pas la même selon les régions.

Combien un retraité doit-il débourser pour vivre dans une
maison de retraite ?

Celui ou celle qui vit en maison de retraite  paie en moyenne 2.200 euros par mois
pour son logement et les prestations qui l'accompagnent. Ce qui représente deux
fois le montant moyen  d'une pension de
retraite, soit 1.100 euros  et entre
14 et 15 fois le minimum vieillesse. Bien sur, il s'agit là d'une moyenne avec
de fortes différences d'une maison de retraite à l'autre : entre
1.200 euros et 2.900 euros 
relève l'IGAS. Mais cette différence n'est pas due au secteur, peu
importe qu'il soit public, privée ou associatif, ni à des prestations haut de
gamme mais à la situation de la maison de retraite. Les moins chères se
trouvent à la campagne et les plus onéreuses en villes. Ces sommes ne
comprennent pas l'APA- l'aide personnalisée à l'autonomie et les prises en
charges de la Sécurité sociale.  

Catherine a loué une
petite maison pour ses vacances et mauvaise surprise, une fois sur place elle
s'aperçoit que la location ne correspond
pas au descriptif fourni quand elle a versé un acompte Que peut-elle faire ?

Catherine  a reçu
comme la loi l'exige un descriptif des lieux qui comprend la situation du
logement (à 5 mn de la mer ? En centre ville ?), les caractéristiques
du logement (deux pièces, un emplacement pour garer sa voiture ? et
l'équipement du logement  (meubles, TV,
machine à laver la vaisselle). Elle a  versé des arrhes ou un acompte.

Une fois sur place c'est la désillusion ! Deux
situations peuvent se présenter. Le logement est insalubre. Vous avez par
exemple remarqué que l'installation électrique était défectueuse. Dans ce cas,
ne prenez pas possession des lieux. Ne versez pas le solde du prix de la location.
Et exigez par lettre recommandée avec accusé de réception le remboursement des
sommes versées. Si en revanche, le logement ne correspond pas au descriptif ou
aux photos, il vous  faut consigner les
différences rencontrées sur l'état des lieux et ne pas verser le solde du prix.

Prendre immédiatement contact avec l'agence ou, si la
location a été faite en direct, avec le propriétaire. L'essentiel est de se
ménager des preuves  grâce à  l'état des lieux contradictoire et cosigné et
à la prise de photos. L'idéal serait
bien sur de faire intervenir un huissier. 
L'objectif sera alors d'obtenir une minoration du prix de la location.
Vous pouvez aussi saisir la DDCCRF (direction départementale de la
concurrence  de la consommation et de la
répression des fraudes) du département du lieu de la location. Un procès verbal
sera alors dressé. Ou  porter plainte
avec constitution de partie civile pour exiger des dommages et intérêts. 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)