Prenez soin de vous, France info

Prenez soin de vous. Savoir dire non, ça s'apprend

Tous les jours, Edwige Coupez propose des clés et des conseils pour le bien-être au quotidien. Aujourd'hui, osons dire non.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme porte une feuille où est écrit \"non !\"
Un homme porte une feuille où est écrit "non !" (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Nicolas Hulot a décidé de quitter le gouvernement et on peut se demander pourquoi il n'était pas parti plus tôt. Pas d'un point de vue politique. Mais d'un point vue psy. Pourquoi a-il accepté tous ces compromis ? Pourquoi a-t-il attendu si longtemps avant de prendre cette décision que tout le monde savait inéluctable finalement. C'est peut-être parce que ce n'est pas si facile de dire non. Dans un gouvernement, certainement. Mais dans la vie en générale, aussi. Prenons tous exemple sur Nicolas Hulot et osons dire non.

C'est si difficile de dire non. Ça nous arrive à tous ! Quand un collègue vous demande pour la énième fois de boucler un dossier à sa place ou quand un ami vous sollicite pour son déménagement le week-end prochain, vous n'osez pas refuser. Un besoin fondamental d'être aimé nous pousse à dire oui alors qu'on voudrait dire non. On ne veut pas décevoir, on ne veut pas prendre le risque d'être rejeté pour avoir dit non.

La peur de ne plus être aimé

Les personnes, qui ont une mauvaise estime de soi, sont particulièrement vulnérables à cela. Parce qu'elles associent leur identité à ce que les autres vont penser d'elles. Imaginez le schéma dans leur tête : vous n'êtes plus aimé, vous n'avez plus d'identité, vous n'existez plus.

Pour d'autres, ça peut aussi être la peur de l'autorité, avec un supérieur hiérarchique. Ou encore la peur du conflit. Il y a ceux qui croient avoir trouvé la parade en disant oui, mais en sachant très bien qu'ils ne tiendront pas leur engagement. Là, attention, c'est votre crédibilité qui est en jeu.

Ne pas dire oui tout de suite

Comment apprend-on à dire non ? Le premier conseil de la psychothérapeute Fanny Marteau-Chasseriau, c'est de ne pas répondre oui tout de suite. Laissez-vous le temps de la réflexion. Cela va vous permettre de peser le pour et le contre et d'écouter vos envies. Entraînez-vous à dire non. Pas besoin d'être agressif. Un non ferme, poli, respectueux. Et surtout, pas besoin de vous justifier derrière.

C'est très important de savoir dire non. D'abord parce qu'à force de dire oui au travail, vous risquez le burn out. Et puis pour se respecter soi-même. Pour être en adéquation avec ses valeurs personnelles. Et là, on est exactement dans le cas de Nicolas Hulot.

Un homme porte une feuille où est écrit \"non !\"
Un homme porte une feuille où est écrit "non !" (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)