Prenez soin de vous, France info

Prenez soin de vous. En baver avant pour moins en baver pendant : un marathon, c'est toute une préparation

Tous les jours, Edwige Coupez propose des clés et des conseils pour le bien-être au quotidien. Aujourd'hui, courir un marathon demande une préparation.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le départ du Marathon de Paris, sur les Champs-Elysées, le 15 avril 2012
Le départ du Marathon de Paris, sur les Champs-Elysées, le 15 avril 2012 (NATHANAEL CHARBONNIER / RADIO FRANCE)

Le 14 avril prochain sera donné le départ du marathon de Paris, dont franceinfo est le partenaire officiel. Une dizaine de journalistes de la rédaction seront au départ et nous leur avons demandé leurs secrets de préparation.

Courir un marathon, c'est courir 42,195 kilomètres. Pourquoi s'infliger un tel effort ? Ceux qui se sont déjà alignés au départ d'une telle épreuve n'auront aucun mal à vous trouver plusieurs raisons : pour se fixer un objectif, pour sortir de sa zone de confort, pour se dépasser, pour se découvrir de nouvelles ressources, souvent insoupçonnées.

C'est ce qui est arrivé en 2014 à la chroniqueuse de franceinfo Elodie Suigo. Elle s'est retrouvé au pied levé au départ de son premier marathon, sans entraînement. Un auditeur venait de lui offrir le dossard de sa femme blessée. Elle a donc pris le départ et au fur et à mesure des kilomètres, elle s'est dit qu'il était impossible qu'elle lâche. Elle décrit "Une aventure physiquement inhumaine et humainement extraordinaire." Et elle a réussi à franchir la ligne d'arrivée, au mental.

"Le mental, c'est 70% de la course", affirme Fredéric Beniada, présentateur à franceinfo, une vingtaine de marathons à son actif. "Si tu tiens dans ta tête, tu vas au bout."

L'entraînement

Bien sûr, il faut un minimum de condition physique et le mieux est de consulter un médecin avant de se lancer ce défi. Après un an de course à pied régulière, il convient de se préparer progressivement, 8 à 12 semaines avant, avec une montée en intensité. Trois entraînements minimum par semaine en alternant vitesse et endurance. Des séances longues de 1h30 à 2h30, pour entraîner vos muscles, et vous habituez à la fatigue et aux crampes, histoire de savoir gérer le jour J. Et des fractionnés, ces séries d'accélération qui font travailler le cœur.

Tout ça, non pas pour ne pas souffrir, mais pour souffrir le moins possible le jour de la course.

Le matériel

Peine perdue si vous n'êtes pas bien équipé. De bonnes baskets sont indispensables. Comptez une taille de plus que votre pointure habituelle, car les pieds vont gonfler pendant l'effort. Prenez des chaussettes de compression, contre les crampes, bien ajustées pour éviter les ampoules. Et ne négligez pas les sous vêtements, "Au risque de finir en sang", prévient Elodie Suigo. Il en existe qui sont adaptés pour réduire les frottements au maximum. Vous pouvez aussi mettre de la crême avant le départ sur les parties sensibles.

L'hygiène de vie 

Reste à vous coucher tôt et régulièrement jusqu'au départ. "Le sommeil fait partie intégrante de l'entraînement", assure Elodie Suigo. Pensez aussi à surveiller votre alimentation, équilibrée, sans excès, avec des féculents en quantité la dernière semaine.

Le jour J

Buvez de l'eau en petites gorgées tous les deux ou trois kilomètres et mangez des bananes. C'est le régime de Frédéric Beniada. Surtout ne testez pas de nouveaux produits, ce n'est pas le bon moment! 

Ultime conseil : pensez lever la tête pour profiter du parcours. Au risque de rater la Tour Eiffel. C'est ce qui est arrivé à Sébastien Hazard, du service des sports de franceinfo, lors de son premier marathon de Paris. Il faut dire qu'elle est située au trentième kilomètre du parcours, moment fatidique lors d'un marathon, le fameux mur tant redouté par les coureurs.

Le départ du Marathon de Paris, sur les Champs-Elysées, le 15 avril 2012
Le départ du Marathon de Paris, sur les Champs-Elysées, le 15 avril 2012 (NATHANAEL CHARBONNIER / RADIO FRANCE)