Cet article date de plus de huit ans.

Quelle identité provençale?

écouter (4min)
L’accent, la galéjade, le jeu de boules, la sieste autant de clichés qui collent à la peau des Provençaux. La région attire depuis toujours les vacanciers pour son farniente apparent et son décor enchanteur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"Planète Géo" : une photo, un reportage, une carte ou un portrait issus du magazine "Géo". (ARTHUR DEBAT / GETTY IMAGES)

D’un côté, la Grande Bleue et son ambiance balnéaire, de l’autre la rudesse de la montagne avec ses villages escarpés, et son très chic Lubéron…deux esprits qui se rencontrent pour donner une variété étonnante de décors.

La Provence, une terre qui fait rêver !

Chaque année, la région Alpes-Provence-Côte d’Azur reçoit 36 millions de visiteurs. En France, c’est elle qui attire le plus de visiteurs français, elle vient en deuxième position après Paris, pour l’accueil des touristes étrangers, explique Sébastien Desurmont dans le magazine « Géo ».

La région compte 500.000 résidences secondaires.

« Une nouvelle vague a déferlé du nord, les retraités à la recherche d’une douceur de vivre : en 2035, plus du tiers de la population sera composé de personnes de plus de 60 ans et au-delà ». Le tissu social et économique change, les prix immobiliers aussi !

Reste des endroits préservés du tourisme,

comme La Camargue et ses gardians qui veillent sur 20.000 taureaux sauvages.

 

 

  (Les cavaliers de la manade Saliérène se mettent en selle. © Géo)

 

 

Le tourisme génère tout de même 400.000 emplois directs ou indirects,

soit un quart de l’économie pour la région…et n’a pas fait disparaître pour autant le savoir-faire artisanal.

« Le retour aux sources se vend bien, comme par exemple dans la vallée des Baux- qui abrite la plus grande densité d’oliviers du sud de la France- le fruité noir connaît, depuis peu, un retour en grâce ». Cette huile légèrement fermentée a obtenue l’Appellation d’Origine Protégée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.