Cet article date de plus de six ans.

Planète Géo. Vertigineuse beauté des Îles Féroé

Aux confins de l'Europe, les Îles Féroé : cette région autonome du Danemark pourrait obtenir au printemps prochain une totale indépendance, à travers un référendum.

Article rédigé par franceinfo, Sandrine Marcy
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
"Planète Géo" : une photo, un reportage, une carte ou un portrait issus du magazine "Géo". (ARTHUR DEBAT / GETTY IMAGES)

Terres de l'extrême 

Les Îles Féroé, "Un grain de sable perdu dans l’océan Atlantique mais sous une loupe, il renferme un monde entier", comme le dit si bien l’écrivain William Heinesen. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder les photos de Thierry Suzan, publiées dans le magazine.

 L'île de Mykines compte un seul hameau de douze habitants (Géo  Thierry Suzan)

Un univers situé aux franges de l’Europe et de l’Atlantique, à mi-chemin entre la Norvège et l’Islande, où vivent tout de même 50.000 habitants. 
Pas un arbre à l’horizon, sur ces 18 îles volcaniques, mais des falaises et des prairies boréales verdoyantes, noyées dans la brume et la pluie.

En route vers l'indépendance

Alors que les Îles Féroé appartiennent au royaume du Danemark depuis 1814, les habitants ont obtenu petit à petit un peu d’indépendance. En 1948, l'archipel est devenu une province autonome et au mois d'avril 2018, ils se prononceront par référendum, sur leur autonomie totale.

"C'est un peuple à part, les Féringiens, antérieur à l'arrivée des Vikings : ils ont  un gouvernement à eux : Premier Ministre, parlement, une capitale, un drapeau, un hymne et leur propre monnaie"...de par leur langue et leurs habitudes, les Féringiens se sentent plus proches des Islandais que des Danois".

Des toits végétalisés pour protéger de l'humidité : il pleut 300 jours/an. (Géo  Thierry Suzan)

Pêche et tourisme

C'est avant tout un peuple de pêcheurs : la pêche et l'aquaculture représentant 90% des exportations et 20% du PIB de l’archipel. La production de saumon a doublé entre 2008 et 2016.

Retour de pêche à Torshavn, la capitale des îles Féroé. (Géo  Thierry Suzan)

Autre source de richesse : les moutons, du moins pour la viande.

Mais c'est maintenant le tourisme de masse qui pèse de plus en plus dans la balance : 170.000 visiteurs par an... et parmi eux, les défenseurs de la nature, partis en guerre contre la chasse aux globicéphales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.